O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Culture générale sur le sommeil - sénior

Culture générale sur le sommeil - sénior

Baixar para ler offline

diaporama découverte des rythmes du sommeil
rôle du sport, caféine, sieste...
modification des rythmes chez la personne agée
consignes pour bien s'endormir

diaporama découverte des rythmes du sommeil
rôle du sport, caféine, sieste...
modification des rythmes chez la personne agée
consignes pour bien s'endormir

Mais Conteúdo rRelacionado

Livros relacionados

Gratuito durante 30 dias do Scribd

Ver tudo

Audiolivros relacionados

Gratuito durante 30 dias do Scribd

Ver tudo

Culture générale sur le sommeil - sénior

  1. 1. Culture générale sur le sommeil www.cabinetorl.com
  2. 2. Pourquoi le sommeil? 2 • « Le sommeil est la chaine en or qui assure le lien entre la santé et notre corps » Thomas Dekker • Mal dormir n’est pas une fatalité. • Les bons conseils de la part des sachants et la prise en charge médicale peuvent vous permettre de retrouver un meilleur sommeil sans le recours exclusif à des médicaments. • La sophrologie et la relaxation, l’hypnose, l’acupuncture, voire autre ont souvent un rôle à jouer après élimination de causes médicales.
  3. 3. L’alternance éveil / sommeil La pression de sommeil : Homéostasie On a d’autant plus envie de dormir qu’on est éveillé depuis longtemps Responsable de la somnolence Rôle de l’adénosine et de la caféine Le sommeil est un rythme : Horloge biologique = Rythme circadien Nous sommes des « animaux de jour » On dort mieux à certains moments des 24h Le rythme suit un rythme interne (légèrement supérieur à 24h) 3
  4. 4. 2 rythmes 4
  5. 5. Le rythme circadien • Rythme biologique – du soir (coucher après 1 heure du matin) – du matin (coucher avant 21 h) – 5-6 % de la population – Conditionne le choix du métier • Fort héritage génétique : couche-tard et lève-tôt dans la famille • Questionnaire de typologie circadienne de Horne et Ostberg • Evolue avec l’âge 5
  6. 6. Evolution du chronotype • Les enfants ont plutôt une typologie matinale • Un chronotype du soir est le plus fréquent chez les adolescents • Avec l’âge on redevient plus matinal • Stable après 60 ans 6
  7. 7. 2 rythmes 7
  8. 8. Rythme circadien 8
  9. 9. 9 Une horloge interne Le noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus, (notre « horloge biologique ») reçoit les informations lumineuses. L’épiphyse (ou glande pinéale) sécrète la mélatonine, « hormone donneuse de temps » en l’absence de lumière. La mise à jour de l’horloge centrale est communiquée aux horloges périphériques (situées dans les organes)
  10. 10. 10 Une expérience hors du temps Il existe un rythme endogène qui persiste en dehors de toute indication temporelle Sa rythmicité est le plus souvent supérieure à 24 heures Une remise à l’heure journalière est donc nécessaire Michel Siffre, spéléologue 2 mois sous terre, 1962 Les personnes malvoyantes ou aveugles perdent cette synchronisation par la lumière, d’où très fréquemment un sommeil désorganisé et de mauvaise qualité
  11. 11. Synchronisation des rythmes • Tous les rythmes sont synchronisés par notre horloge biologique – Rythme veille / sommeil – Performances intellectuelles et physiques – Métabolisme : thyroïde, glycémie, cholestérol, défenses immunitaires… – Renouvellement cellulaire : incidence des cancers – Hormones de l’Alimentation, appétit : prise de poids – Température et montée du cortisol en fin de nuit – …....... 11
  12. 12. Synchroniseurs de l’horloge Notre horloge biologique est entraînée par la lumière et les activités de la journée Lumière Exercice physique Travail Repas 12 Activités sociales
  13. 13. 13 La lumière principal synchroniseur de l’horloge Rôle d'une lumière forte le matin: avance de phase du sommeil Rôle d'une lumière forte le soir: retard de phase Une activité physique soutenue joue le même rôle
  14. 14. 14 La température corporelle 17:0017:0037,5⁰ 36,5⁰ 5:00 5:00 endormissement réveil 37⁰C Nos horloges sont synchronisées et déterminent une « fenêtre » de sommeil de bonne qualité
  15. 15. 15 La température corporelle • Attention aux trajets en voiture entre 1 heure et 5 heures du matin • Très importante augmentation du nombre d’accidents de la route • Sortie de travail : restaurants, discothèques …. • Début de travail : taxis, boulangers • Départ en vacances • Sorties de soirée même sans alcool • Période de plus grande somnolence ++
  16. 16. Le rôle du sport • Un des synchroniseurs le plus efficace • Doit être pratiqué le matin idéalement • Si fait le soir, minimum 2 heures avant le coucher • Mais on n’a pas toujours le choix de l’horaire 16
  17. 17. Le rôle du sport • Pourquoi? • Elève la température corporelle • Or pour aller vers l’endormissement, la température corporelle doit commencer à baisser • Au plus bas vers 5 heures du matin • Prendre une douche fraiche après le sport et surtout pas un bain chaud • Certains sportifs prennent des médicaments abaissant la température • Excitation dans certains sports qui met en marche les circuits d’éveil • L’activité physique augmente la température corporelle, donc amplifie les rythmes biologique, et améliore le sommeil 17
  18. 18. 18 La caféine • Mécanisme – Blocage de l’adénosine – Adénosine stockée au long de la journée dans le cerveau par dégradation de l’ATP (source d’énergie) – Le stockage de l’adénosine est responsable de la somnolence – Compétition par la caféine au niveau des récepteurs à l’adénosine A2A – Polymorphisme génétique de ces récepteurs
  19. 19. 19 La caféine • 2 types de personnes sensibles au café – Sensibles à la caféine : pas de café après 15 heures – Non réactifs : se vantent de pouvoir boire du café y compris avant de dormir • Vigilance – Sensibles à la caféine : augmentation de la vigilance – Non réactifs : pas de modification • Performances intellectuelles différentes – Sensibles à la caféine : augmentation de leurs performances après une tasse de café – Non réactifs : pas d’augmentation des performances
  20. 20. 20 Que contient une tasse de café ?
  21. 21. Hypnogramme 21 «
  22. 22. 22 La sieste • Bénéfique si faite • Au bon moment • De la bonne durée • Même si on déconnecte juste, sans réellement dormir, en fermant les yeux et en faisant le vide dans sa tête • Tôt dans l’après midi : homéostasie • La sieste vide partiellement la quantité d’adénosine • Retarde le coucher si faite trop tardivement dans la journée • Moins d’une demi-heure • Pour ne pas trop vider la réserve d’adénosine • En raison des stades de sommeil • Le réveil est facile avant le stade lent profond • Si on dort une heure voire plus, on se réveille difficilement et vaseux car en SLP ou SP
  23. 23. 23 La mémorisation • Dans la journée • Apprentissage de nouvelles informations • Pas de stockage ou stockage provisoire • Pendant le sommeil • Stockage des nouvelles données de façon plus définitive • Surtout pendant le sommeil paradoxal • Plus important en fin de nuit • Conséquences lors des études • Dormir pour mémoriser les cours appris dans la journée • Ne pas faire des nuits trop courtes • Dormir la veille d’un examen si possible • Plus efficace que de faire une nuit blanche à réviser
  24. 24. 24 • Prise de poids • Troubles de Concentration et mémorisation • Somnolence diurne • Irritabilité • Dépression • Baisse de la libido • Céphalées • HTA et autres conséquences métaboliques ……. • Infections : baisse des défenses immunitaires • Certains cancers : la mélatonine normalement sécrétée diminue la prolifération cellulaire de type cancéreuse • Accidentologie augmentée : • De la route • Du travail Désorganisation des horloges Profonds dysfonctionnements
  25. 25. 25 • Se modifient avec l’âge • Durée de sommeil recommandée / réel - 11 - 13 h chez l’enfant de 3 à 5 ans / 10,4 h - 10 - 11 h de 5 à 7 ans / 9,5 h - Entre 9 et 10 h pour l’adolescent / 50 % en dessous de 8 heures - Conclusion : on est à tout âge en dette de sommeil • Temps de sommeil variable chez l’adulte – Moyenne : 7,5 - 8 h – Long dormeur : > 9 h – Court dormeur : < 6 h – Relation entre temps de sommeil et obésité +++ Les besoins de sommeil
  26. 26. Etude de cohorte 26 DUREE DE SOMMEIL CHEZ L'ADOLESCENT 7 7,5 8 8,5 9 9,5 10 10,5 11 1975 1977 1979 1981 1983 1985 2005 Heures Semaine WE I.Strauch and B. Meir, Sleep, 11 (4), 1988/ ISV- SOFRES 2005
  27. 27. 27 Les hormones de l’alimentation • 2 hormones principales : Leptine et Ghréline (ou Orexine) • Sécrétées pendant la nuit • Leptine : • Bonne hormone = Hormone de la satiété • Aide à manger normalement et pendant les repas • Diminue la prise alimentaire et augmente la dépense énergétique • Ghreline : • Mauvaise hormone = régulation de l’appétit • Sécrétée en cas de dette de sommeil, de sommeil non réparateur (apnées, insomnie) • Sensation de faim, de besoin d’être boosté • Qualité : grignotage sucré et gras (snacks) • Travail de nuit : on mange toute la nuit • PRIVATION DE SOMMEIL ou MAUVAIS SOMMEIL = PRISE DE POIDS
  28. 28. 28 Conséquences de ce déséquilibre • Prise de poids • Prises alimentaires plus caloriques • Plus fréquentes • Problèmes de quantité et de qualité • Difficultés à perdre du poids • Lutte contre les signaux envoyés par son propre cerveau • Le surpoids détériore le sommeil (apnées….) • La détérioration du sommeil fait prendre du poids • Difficultés à contrôler des grignotages même après chirurgie bariatrique
  29. 29. 29 Modification des facteurs circadiens avec l’âge • Diminution du signal circadien d’éveil dans la soirée • D’où augmentation de la somnolence subjective en fin d’après midi et début de soirée chez le sujet âgé • Propension au sommeil plus précoce dans la soirée en relation avec une faiblesse du signal circadien en opposition à la poussée homéostatique du sommeil
  30. 30. 30 Modification des facteurs circadiens Température • Température centrale dans des conditions normales • Sujets âgés et jeunes • Avance de phase du rythme de la température et des horaires de sommeil • D’après Duffy et al. : Ama J. Physiol, 1998
  31. 31. 31 Modification des facteurs circadiens Mélatonine • Pic de mélatonine favorisant l’endormissement moins haut et plus tardif • Concentration durant la nuit pour maintenir le sommeil moins haute
  32. 32. Les adolescents et le retard de phase 32
  33. 33. 33 Le syndrome de retard de phase • Insomnie d’endormissement • Difficultés de réveil le matin ⇒ • Privation de sommeil importante les jours scolaires • Somnolence ++ matin / décalage le week-end • Baisse de performance / difficultés scolaires 7% des adolescents ont un vrai retard de phase 18% mettent plus de 30 minutes pour s’endormir Problèmes des comportements qui favorisent cette tendance
  34. 34. 34 Agenda : retard de phase
  35. 35. 35 Le décalage de phase des ados est renforcé par les écrans La lumière a deux effets qui s’additionnent : elle stimule la vigilance (le sentiment de somnolence disparait) elle retarde la sécrétion de mélatonine (ce qui décale la période de propension au sommeil)
  36. 36. 36 Les parents qui donnent des consignes de coucher à leurs ados sont écoutés et vécus comme plus attentifs • 54% des jeunes suivent les horaires indiqués • 21% se donnent une heure de plus • 25% n’en font qu’à leur tête! SLEEP 2010;33(1):97-106.
  37. 37. 37 Le travail de nuit • Désynchronisation des 2 horloges • Temps de sommeil dans ma journée toujours plus court que les nuits (en moyenne on perd une nuit par semaine de sommeil en travaillant de nuit) • Moins d’1/3 des personnes travaillant de nuit calera les 2 horloges : pression de sommeil et homéostasie • Donc dormira quand la pression de sommeil sera maximale et la température corporelle au plus bas • Retentissement sur les rythmes de sommeil persistant à la retraite
  38. 38. Se méfier d’un syndrome d’apnées du sommeil 38
  39. 39. 39 Signes devant alerter • Ronflement • Somnolence • Nycturie (se lever la nuit pour uriner) • Céphalées présentes au réveil, parfois même en pleine nuit • Réveils en sursaut avec sensation d’étouffer • Troubles de concentration et mémorisation • Somnolence voire endormissement au volant (accidents) • Impression de sommeil non réparateur • Aggravation de ces signes lors d’une prise de poids ou de la ménopause • Autres : • Irritabilité voire dépression • Baisse de la libido • Prise de poids • Complications : HTA, cholestérol, accident cardiovasculaire, diabète non équilibré….
  40. 40. 40
  41. 41. 41 Apnées obstructives
  42. 42. Consultation insomnie 42
  43. 43. 43 L’hygiène de sommeil • Agenda de sommeil pour connaître • les horaires de coucher et de lever • la régularité de ces horaires • Le temps passé au lit • Les siestes (horaires et durée) • Connaître les rythmes de vie dans la journée • Exercice physique • Sorties • Temps passé dehors • Temps d’exposition à la lumière • Vie sociale
  44. 44. 44 L’hygiène de sommeil • Régime alimentaire • Consommation de caféine • Tabac • Alcool • A quels moments de la journée • Quantité de boissons le soir • Faire préciser les attitudes devant les difficultés du sommeil
  45. 45. 45 La dette de sommeil • On dort moins que nos besoins réels • Pour connaître ses besoins : • Combien d’heures en plus dormez vous le WE? • En vacances si vous n’avez pas de contraintes? • Agenda de sommeil • On est tous en dette de sommeil • Sites : réseau Morphée - INSV
  46. 46. 46 Causes médicales • Douleurs • Nycturie +++ • SAS • Prostate • Infection ou incontinence urinaire • Syndrome des jambes sans repos • +- mouvements périodiques nocturnes • Dépression • AVC • ….
  47. 47. 47 Causes socio - familiales • Diminution des interactions avec l’extérieur • Manque de stimulation de l’horloge par les synchroniseurs : • Retraite • Veuvage • Isolement • Perte des relations sociales • Réduction d’activité physique • sédentarité
  48. 48. Consignes pour stimuler votre horloge circadienne 48
  49. 49. 49 Traitement de l’insomnie • Traitement individualisé nécessitant un interrogatoire précis • Si cause médicale ou psychiatrique associée, le traitement de l’insomnie doit toujours être allié au traitement de la cause de façon concomitante • En cas de SAS ou SJSR, idem • Rechercher les médicaments susceptibles d’altérer le sommeil
  50. 50. 50 Règles d’hygiène de sommeil • Aller au lit quand on a envie de dormir • Horaires de coucher et de lever fixes • Ne pas rester au lit sans dormir et limiter le temps passé au lit • Ne pas s’exposer à la lumière si impossibilité de s’endormir • Se relaxer avant de se coucher • N’utiliser le lit que pour dormir (pas de télé) • Ne pas trop chauffer la chambre • Gérer la lumière
  51. 51. 51 Règles d’hygiène de sommeil • Siestes limitées à 30 mn en début d’après-midi • Exercice physique régulier (surtout en fin d’après-midi) • Passer du temps dehors, y compris en fin d’après-midi pour retarder l’endormissement • Profiter le plus possible de l’exposition à la lumière • Eviter les repas lourds • Eviter les excitants le soir : café, tabac, alcool, boissons énergisantes • Limiter les boissons le soir
  52. 52. 52 La luminothérapie • Lumière blanche • 10 000 lux • Le matin en général • 30 mn à 2 heures à 45 cm • Lumière bleue non encore validée pour la rétine • Attention aux contre-indications OPH pour la luminothérapie en général : avis OPH ++++
  53. 53. Consignes pour bien s’endormir 53
  54. 54. 54 • Eviter les excitants au moins 4 heures avant le coucher – Faire attention à la caféine contenue dans certains sodas – La nicotine est également un excitant du système nerveux central – L’alcool est également à déconseiller • Prendre un diner léger mais suffisant – Les repas trop lourds entrainent une digestion trop lente pouvant nuire au sommeil – Il faut manger suffisamment de façon à ne pas être réveillé en pleine nuit par la faim • Ne pas résister à la fatigue : Savoir reconnaître les premiers signes de sommeil – Bâillement, paupières lourdes, yeux qui piquent, besoins de s’étirer, frissons….
  55. 55. 55 • Eviter la surchauffe – Une diminution de la température corporelle est une des conditions pour s’endormir – La température idéale de la chambre est aux alentours de 18-20°C – Ne surtout pas prendre un bain chaud juste avant d’aller au lit ! – En cas de lever en plein nuit, laisser le lit ouvert de façon à rafraichir les draps – Eviter les bouillottes – Ne pas faire de sport après 20 h ( ou quand on n’a pas le choix au minimum 2 heures avant le coucher) • Le sport élève en effet la température corporelle de façon importante. Il faudra prendre une douche tiède après (et surtout pas un bain chaud relaxant, mais fortement éveillant). Certains sports peuvent également être excitants (sports de combat, match, compétition…), favorisant le circuit d’éveil et empêchant l’endormissement
  56. 56. 56 • Privilégier des moments de calme et de détente avant d’aller au lit – Les stimulations auditives, visuelles ou intellectuelles fortes (jeux vidéos, romans à suspense, travail…) entrainent une hyperstimulationdes mécanismes d’éveil, néfaste à l’endormissement – Les exercices de relaxation aident à diminuer les tensions et ainsi à s’endormir – Place de la sophrologie ++ – Se réserver un moment de détente et de rupture par rapport aux tâches ménagères, aux enfants et au travail au minimum 30 mn avant de se coucher • S ’aménager du temps pour soi avant de se coucher
  57. 57. 57 • Dormir dans le noir – Pour dormir comme un loir , il faut dormir dans le noir ! La lumière inhibe la sécrétion de mélatonine – Or celle-ci est l’hormone induisant le sommeil – En cas de lever la nuit, éviter d’allumer toute lumière importante (privilégier une veilleuse ou une lumière douce pour se diriger) • Réserver le lit au sommeil et à l’intimité du couple – Travailler, manger ou regarder la télévision au lit est à déconseiller car cela peut perturber l’association naturelle entre lit et sommeil – En cas de difficultés à s’endormir, mieux vaut se lever et ne se recoucher que lorsque les signes de l’endormissement arrivent
  58. 58. En conclusion Tout ce qui apporte calme et sérénité et qui permet d’atténuer le stress et l’anxiété est favorable au sommeil 58
  59. 59. En vous remerciant de votre attention www.cabinetorl.com 01 80 89 57 57

×