O slideshow foi denunciado.
Utilizamos seu perfil e dados de atividades no LinkedIn para personalizar e exibir anúncios mais relevantes. Altere suas preferências de anúncios quando desejar.

Newsletter "Marchés" Novembre 2015 - Federal Finance

Retrouvez chaque mois la note de conjoncture de Federal Finance.

  • Entre para ver os comentários

  • Seja a primeira pessoa a gostar disto

Newsletter "Marchés" Novembre 2015 - Federal Finance

  1. 1. NOTE DE CONJONCTURE DE FEDERAL FINANCE NOVEMBRE 2015 FEDERAL FINANCE, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 20 747 030 euros. Siren 318 502 747 RCS Brest. Société de courtage d’assurances immatriculée à l’ORIAS, n° 07 001 802. Établissement de crédit agréé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel. TVA : FR 53 318 502 747. FEDERAL FINANCE GESTION, SA à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 500 000 euros. Siren 378 135 610 RCS Brest. Agrément de l’Autorité des Marchés Financiers n° GP 04/006 du 22 mars 2004. TVA : FR 87 378 135 610. Siège social : 1, allée Louis Lichou 29480 LE RELECQ-KERHUON. Adresse postale : BP 97 - 29802 BREST CEDEX 9. CONTACTS Gilbert Floch’lay Développement animations réseaux 02 29 61 26 26 Fabrice Dravet Bureau de la Région Ouest - Rennes 02 99 85 98 65 Nathalie Trapy Bureau de la Région Sud-Ouest/Centre - Pessac 05 57 26 65 72 Jean-Marc Battista Bureau de la Région Sud-Est - Marseille 04 96 20 07 03 Jean-Christophe Goursaud Bureau de Paris 01 53 29 34 92 Estelle Merger-Levis Développement international - Paris 01 41 97 81 11 Service Relations Clientèle contact@federal-finance.fr POURSUITE DE LA REPRISE DANS LES PAYS DÉVELOPPÉS La croissance mondiale devrait progresser de 3,2% en 2015 à 3,5% en 2016. Après avoir joué négativement (investissements pétroliers et pays exportateurs) la baisse du prix des matières premières (contre-choc pétrolier) pourrait soutenir la consommation dans de nombreux pays. La reprise progressive des pays développés, notamment en Zone Euro, devrait favoriser les exportations des pays émergents. En Chine, les mesures budgétaires et monétaires vont produire leurs effets et permettre d’accompagner un ralentissement progressif et attendu de l’économie chinoise. Les taux longs américains devraient remonter jusqu’à 2,80% fin 2016. En Zone Euro, la poursuite des achats de titres par la BCE devrait limiter la remontée des taux longs allemands. Le pilotage accommodant des Banques Centrales devrait contribuer à soutenir les niveaux de valorisation des marchés actions et dissiper les fortes incertitudes de l’été 2015. Au-delà du rebond des marchés actions en octobre, les indices en Zone Euro gardent un potentiel de hausse d’ici fin 2016. DES CRAINTES QUI S’ATTÉNUENT Aux USA, la croissance du PIB au troisième trimestre de 1,5% (avec un « effet stock » très défavorable) masque une augmentation de la consommation de 3,2% et une nette progression de l’investissement des entreprises en équipement (+5,2%). Les créations d’emplois et la baisse du pétrole des mois passés soutiennent la consommation des ménages. L’inflation reste stable à 0% (effet de base lié au pétrole) et l’inflation sous-jacente ressort à +1,9%. En Zone Euro, la croissance se maintient à un rythme modéré. Les indices de confiance PMI remontent légèrement tandis que le crédit se reprend progressivement. En Allemagne, les prévisions de production estimées par l’indice IFO sont rassurantes et s’améliorent en dépit de l’environnement international. En France, les indices de confiance PMI se stabilisent mais restent à un niveau modéré. L’inflation pour octobre affiche 0%. En Chine, la croissance du PIB au troisième trimestre de +6,9% (en rythme annualisé) n’est pas particulièrement source d’inquiétude. La remontée des taux directeurs de la Fed devrait intervenir probablement en décembre. En Zone Euro, les taux à 10 ans ont légèrement reculé grâce à la communication rassurante de la BCE, prête à agir si nécessaire. Les taux allemandsetfrançaisà10ansontclôturérespectivementà0,52%et0,80%. L’indice CAC40 a rebondi en octobre, terminant le mois à 4.898 points. Au-delà de l’action des Banques Centrales, les chiffres économiques des économies développées ont rassuré, tandis que ceux des pays émergents tendent à se stabiliser (à l’exception cependant du Brésil en proie à de fortes difficultés économiques et politiques). L’Euro s’est déprécié en octobre face au Dollar, clôturant le mois à près de 1,10 €/$. Quant aux cours du pétrole, ils se sont stabilisés autour de 48 $ le baril. Après les fortes incertitudes de l’été dernier, la communication des principales Banques Centrales a rassuré les marchés financiers qui ont rebondi en octobre. Aux Etats-Unis, la Fed a repoussé la remontée des taux directeurs à décembre, au plus tôt. En Zone Euro, la BCE a annoncé la possibilité de renforcer ses achats de titres souverains en décembre et/ou de baisser l’un de ses taux directeurs. En Chine, la Banque Centrale a de nouveau baissé ses taux directeurs pour faire face au ralentissement du secteur industriel. La conjoncture économique des pays développés se montre résistante et les craintes d’atterrissage brutal de la croissance chinoise perdent en intensité. UNE RÉDUCTION PROGRESSIVE DE L’INCERTITUDE Les taux monétaires se sont stabilisés en territoire négatif en octobre, à l’instar de l’Eonia qui a clôturé le mois à -0,13%. Aux Etats-Unis, les taux souverains à 10 ans se sont tendus à 2,15%.

×