O slideshow foi denunciado.
Utilizamos seu perfil e dados de atividades no LinkedIn para personalizar e exibir anúncios mais relevantes. Altere suas preferências de anúncios quando desejar.

L’oligopole de l’internet contre l’autonomie journalistique

339 visualizações

Publicada em

Communication aux 11ème Entretiens de l'Obsweb, Metz, 30 janvier 2017

Publicada em: Educação
  • Seja o primeiro a comentar

L’oligopole de l’internet contre l’autonomie journalistique

  1. 1. L’oligopole de l’internet contre l’autonomie journalistique Nikos Smyrnaios, Université de Toulouse / LERASS Entretiens du webjournalisme, Metz, 30 janvier 2017
  2. 2. Plan L’enjeu de l’autonomie Les logiques hétéronomes à l’œuvre dans le champ journalistique L’émergence de l’oligopole de l’internet et son emprise sur le journalisme en ligne
  3. 3. L’enjeu de l’autonomie Pour Kant, à l’échelle individuelle, l’autonomie est le fait de se donner à soi-même sa propre loi. L’hétéronomie est une loi extérieure ou transcendante qui s’impose à soi Pour Bourdieu, à l’échelle sociale, l’autonomie d’un champ de production symbolique est l’existence de règles et d’intérêts spécifiques distincts de ceux d’autres espaces sociaux (p.e. économie) L’autonomie d’un champ social se fonde sur la reconnaissance par les pairs Le champ s’organise autour d’une opposition entre pôles autonome (légitime) et hétéronome (illégitime)
  4. 4. L’enjeu de l’autonomie L’enjeu de l’autonomie journalistique par rapport aux pouvoirs extérieurs (politique, économique etc.) est central dans l’idéal habermassien de la sphère publique Il est présent dans tous les textes élaborés par les instances collectives du journalisme (chartes déontologiques, textes syndicaux etc.) P.e. Projet de déclaration des droits et des devoirs de la presse libre (1945), Article 3: « La presse est libre quand elle ne dépend ni de la puissance gouvernementale ni des puissances d'argent, mais de la seule conscience des journalistes et des lecteurs »
  5. 5. Quid de l’internet ? Selon un certain discours expert et profane, dominant pendant longtemps, il serait un moyen de diffusion égalitaire, décentralisé, neutre, d’un pluralisme « naturel » Il renforcerait l’autonomie journalistique mais aussi celle des publics face à la puissance des organisations (médias, Etats, institutions) L’impératif participatif serait à l’origine d’un processus d’empowerment des journalistes, mais aussi des publics, avec des conséquences positives pour la société C’est une vision a-critique qui ne se confirme pas (toujours) empiriquement
  6. 6. Les logiques hétéronomes En réalité le journalisme en ligne subit des logiques hétéronomes fortes sous l’effet conjugué de: 1. la crise économique et la marchandisation accrue des médias 2. la concentration oligopolistique de l’internet 3. le contexte de crise politique qui caractérise les démocraties libérales
  7. 7. La dépendance publicitaire Opposition entre annonceurs et publics => intérêts privés ≠ intérêt général (p.e. pubs Macdo) Logique de maximisation de l’audience (cf. critique bourdieusienne de la TV commerciale): clickbait, fake news, infotainment, course de vitesse Circulation circulaire & homogénéisation de l’information => diversité de façade, inflation au détriment de la qualité et du pluralisme Contenu au service de la publicité (formats « natifs », sponsorisés, publirédactionnel)
  8. 8. Le journalisme low cost Tendance forte vers la précarisation, flexibilité, contournement des conventions collectives, abaissement des protections sociales Accroissement du nombre de pigistes et de « rédacteurs » au statut ambigu concomitant avec le développement du journalisme en ligne Domination de la logique gestionnaire (choix de sujets sur la base d’un calcul coût/bénéfice) Prépondérance d’un journalisme « assis » « Editorialisation », commentaire au détriment de l’information
  9. 9. Rationalisation & intensification Encadrement du travail par des logiciels contraignants: publication, gestion de contenus, mesure d’audience => formatage de la production et limitation du champ d’intervention du journaliste Standardisation du travail, quantification des objectifs, formalisation des procédures et omniprésence de la supervision Accroissement des exigences de productivité, généralisation du bâtonnage, recyclage Logiques structurantes du « référencement » (Google) et de l’« engagement » (Facebook)
  10. 10. L’oligopole de l’internet Abolition des frontières entre secteurs autrefois distincts (informatique, appareils, télécoms) + Hégémonie du néolibéralisme Financiarisation, mondialisation, dérèglementation Emergence d’un capitalisme numérique avec ses logiques Concentration dans les services clés de l’internet: recherche, réseautage, accès à des contenus
  11. 11. L’oligopole de l’internet Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) contrôlent les moyens d’accès à l’information numérique:
  12. 12. L’oligopole de l’internet Caractéristiques: très haute rentabilité, exploitation intensive du travail, valorisations boursières gigantesques, accaparement de l’innovation, barrières à l’entrée
  13. 13. Les logiques de l’oligopole Stratégies et produits indifférenciés à l’échelle mondiale Solutionnisme technologique Disruption des marchés, « destruction créatrice » Accaparement de la propriété intellectuelle Plateformes d’intermédiation
  14. 14. La fonction d’infomédiation L’oligopole ne s’intéresse qu’exceptionnellement à la production de contenu Il se concentre sur le segment entre le contenu/information et le public (infrastructures matérielles + services logiciels) Pas simplement une fonction de distribution mais un processus d’appariement entre offre et demande qui met en œuvre des logiques de hiérarchisation et d’édition Infomédiation: combine une composante sociale et une composante algorithmique, abaisse les coûts de transaction
  15. 15. Les plateformes d’infomédiation contenus Bases de données + algorithmes d’ infomédiation internautes L’enjeu pour les producteurs de contenus/éditeurs est de s’adapter aux critères des algorithmes Le mieux ils s’adaptent, le plus ils gagnent en visibilité sur les plateformes d’infomédiation Ce qui leur permet de gagner de l’audience et/ou de ressources (publicitaires, téléchargements d’applications, actes d’achats etc.) Processus de collecte (objet de négociation) Hiérarchisation, édition (automatiques)
  16. 16. Google et Facebook: pourvoyeurs majeurs de trafic pour les sites d’information à l’échelle mondiale Apple, Amazon et Google: « kiosques » incontournables (applications, journaux numériques)
  17. 17. Des éditeurs sous emprise Relations entre éditeurs et infomédiaires sont à la fois faites de coopération et de concurrence Coopération: dépendance mutuelle, les éditeurs ont besoin du trafic, les infomédiaires du contenu Concurrence sur le marché publicitaire Opposition de paradigmes (idéologie californienne vs. logiques médiatiques) Adaptation réciproque mais rapport de force largement favorable aux infomédiaires
  18. 18. La carotte et le bâton Google et Facebook manient séduction & menace 2013: Google verse 60M aux éditeurs français 2014: Google punit Axel Springer (-40% de trafic) 2012: Facebook fait payer la visibilité des « Pages » 2014: Facebook lance Public Content Solutions pour « aider » les éditeurs à mieux exploiter sa force 2016: Instant Articles et AMP pour smartphones Les éditeurs se concurrencent dans un cadre imposé
  19. 19. Le cas Google 2 sources de trafic via Google: Le portail Google News Le moteur généraliste Actu “chaude” Info “froide”
  20. 20. La cas Google 3 niveau de hiérarchisation: Pour les sources (SourceRank): productivité, réactivité, popularité, exhaustivité, spécialité Pour les sujets: taille du cluster, nouveauté, SourceRank Pour les contenus: nouveauté, originalité, click-through, mentions, SourceRank Au delà du référencement traditionnel l’enjeu pour les éditeurs c’est d’être en haut de Google News
  21. 21. Journalisme pour Google Propension à traiter le + de sujets => logique productiviste (utilisation de matériaux de seconde main, journalisme assis ) Production en fonction des mots-clés les plus recherchés => ligne éditorial basée sur la demande (ex. Melty.fr) Impact sur l’écriture journalistique => p.e. prolifération de titres du type Double titrage : 1 pour Google, 1 pour les lecteurs Publication la plus rapide possible, quitte à mettre à jour Emprise du SEO (formatage, site maps, microdata etc.)
  22. 22. La cas Facebook La visibilité des contenus sur Facebook dépend d’un algorithme complexe qui combine plusieurs facteurs Circulation circulaire: taux de partage des contenus individuels impacte la visibilité global du site
  23. 23. Journalisme pour Facebook Les journalistes sont incités à: Diffuser des contenus générant de l’interaction (articles à forte charge émotionnelle ou décalés) Utiliser le ciblage sociodémographique Changer la structure de la page en fonction de la provenance, publier à des moments précis Payer Facebook pour acquérir de l’audience Phénomène d’accroissement circulaire de clics (mise en avant sur la page d’accueil de « plus partagés »)
  24. 24. Journalisme & RSN Confusion entre vie privée & vie professionnelle Injonction managériale de mettre son « profil » au service de l’organisation Exigence d’un investissement « affectif », donner de soi même, exploiter les traits de sa personnalité Connectivité permanente, « dispersion », sollicitation sans répit, accélération du temps, fatigue psychique, cognitive Frustration par rapport à l’idéal-type du journalisme (investigation, reportage original)
  25. 25. Et le public ? Une analyse analogue peut être faite: Montée en puissance d’un discours xénophobe & populiste en ligne Stratégies de manipulation & propagande (fake news, bots) Filter Bubble et homophilie imposée par les algorithmes Exploitation commerciale massive des données personnelles, surveillance généralisée
  26. 26. Conclusion Le journalisme en ligne est surdéterminé par des logiques échappant à ses acteurs La dépendance technologique et économique envers l’oligopole de l’internet dans un contexte de crise politique renforce les logiques d’hétéronomie, d’exploitation et d’aliénation Le collectif comme réponse ? Financement par le public, engagement, transparence, collaboration pour renforcer l’autonomie journalistique
  27. 27. Bibliographie Smyrnaios N., 2017, Les GAFAM contre l’internet. Une économie politique du numérique, Ina éditions, Bry-sur-Marne. Smyrnaios N., 2015, « Le travail, à l’intérieur, autour et en dehors des rédactions Web. Pour une socioéconomique politique du journalisme en ligne » in George E., Brunelle A.-M., Concentration des médias, changements technologiques et pluralisme de l'information, Presses de l'Université Laval, Québec, p.231-247. Smyrnaios N., Rebillard F., 2011, « Entre coopération et concurrence : Les relations entre infomédiaires et éditeurs de contenus d’actualité », Concurrences, n°3, p. 7-18. Rieder B., Smyrnaios N., 2012, « Pluralisme et infomédiation sociale de l’actualité: le cas de Twitter », Réseaux, n°176, p. 107-141.

×