SlideShare uma empresa Scribd logo
1 de 5
Baixar para ler offline
VALEUR TAXINOMIQUE DE LA PILOSITÉ
DANS LE GENRE SCUTELLINIA (COOKE)
LAMB. EMEND. LE GAL
par Mme Marcelle LE GAL
Résumé. - Une observation preCIse de la pilosité permet de grouper les Scutel-
linia en sections naturelles. La longueur des poils n'a qu'une valeur relative. Dans la
hiérarchie des caractères, nous donnons la primauté à l'épaisseur des poils, à l'épaisseur
de leur membrane externe, à la fréquence et à la netteté plus ou moins grandes des
cloisons transversales internes, enfin à leur aspect général notamment dans la région
apicale. Or, les caractères mis ainsi en évidence sont confirmés par les caractères spo-
raux et par la forme des paraphyses.
Les poils des Scutellinia sont d'aspect rigide; ils possèdent une mem..
brane externe continue, qu'un pigment colore plus ou moins intensément de
brun. Ils présentent, en outre, des cloisons internes qui les divisent en
sections plus ou moins nombreuses; mais parfois aussi il arrive qu'ils soient
dépourvus de tout cloisonnement transversal.
Or, cette pilosité des Scutellinia est d'un type bien particulier: elle a
toujours son origirne dans la Zone moyenne interne de l'excipulum à hyphes
entrecroisées, de calibre et de serrage variables selon les espèces. En effet,
chez les réceptacles vus en coupe radiale, nous avons toujours constaté que
la partie inférieure des poils émerge de la profondeur du tissu et que les
crampons divergents dont leur base est munie, apparaissent comme les pro..
longements des hyphes de la zone moyenne interne.
Cette origine interne de la pilosité correspond à un caractère générique
important, conjointement avec le contenu sporal à guttules lipidiques sou..
vent grosses et parfois si nombreuses que la spore en est littéralement
bourrée.
En dehors du genre Scutellinia, on ne rencontre ce type de pilosité que
chez quelques espèces seulement du genre Cheilym.enia Boud., très affine
d'ailleurs au précédent, mais dont les spores ont un contenu dépourvu de
grosses guttules lipidiques et une forme généralement étroitement elliptique.
Jusqu'à présent, la pilosité des Scutellinia ne paraît pas avoir été obser..
vée d'assez près, en sorte qu'on n'en a pas tiré toutes les indications d'ordre
taxinomique qu'elle pouvait révéler pour le regroupement des espèces en
- 228-
sections naturelles, à l'intérieur même du genre. C'est à combler cette lacune
que nous nous sommes appliquée ici.
Ce qui a le plus frappé les auteurs et ce qu'ils ont surtout observé,
eest la longueur des poils. Or, c'est le caractère qui varie le plus non seule...
ment d'une espèce à l'autre, mais encore à l'intérieur d'une même espèce.
D'ailleurs, pour l'ensemble des espèces que nous classons dans le genre et
dont le nombre atteint, jusqu'à ce jour, une soixantaine (compte non
tenu de 6 variétés), la longueur des poils montre une forte amplitude de
variation. Celle...ci se situe, en effet, entre 50 et 100 [J. environ pour les plus
courts et atteint jusqu'à 2 000 et 3 500 !1. pour les plus longs 1.
Chez une même espèce, l'amplitude de variation peut aller du simple au
double et même au delà. Par exemple, chez le s. Cubensis (Berk. et Curt.) Le
Gal dont les poils se montrent généralement si courts qu'ils sont à peine visi...
bles, nous avons pu observer, dans un même exemplaire et en suivant la
bordure marginale, des poils très courts, puis des poils atteignant 200 à
400 !J., enfin un certain nombre d'autres poils allongés jusqu'à 500 et 800 !J..
Le S. umbrarum (Fr.) Lambotte est considéré, à juste titre, comme une
espèce à poils courts; ceux...ci, en effet, atteignent presque toujours de 200 à
450 !J. de longueur, mais nous avons une récolte où les poils mesurent jusqu'à
800!J. et 1 000 !J..
Chez s. Erinaceus (Schw.) Kunt. = Lachnea Balansae Speg. = Lachnea
lurida P. Hennings et E. Nyman, qui est l'espèce le plus communément ren...
contrée en zone équatoriale et en zone tropicale à subtropicale humide, les
poils atteignent généralement de 300 à 1 000 !J.; toutefois, chez certaines
récoltes, ils ont jusqu'à 1 500 et même 2 000 !J.; quant au s. arenosa (Vel.)
Le Gat il a des poils qui sont généralement courts (25 à 400 !J. environ), mais
il lui arrive d'en posséder de plus allongés (jusqu'à 1 000 !J.).
Parmi les caractères que nous considérons comme importants, mais qui,
très souvent, ont été négligés par la plupart des auteurs, nous citerons, en
premier lieu, l'épaisseur des poils ainsi que l'épaisseur de leurs cloisons exter...
nes; la fréquence plus ou moins grande des cloisons transversales internes ou
leur absence.
Secondairement nous avons retenu comme valables l'aspect général du
poil et le serrage à la marge de la pilosité (nombre de poils au mm. compté
sur l'arête marginale) qui, bien que variable, se tient entre certaines limites
et peut fournir des données taxinomiquement utilisables.
1. Nous ne considérons ici que les poils à crampons d'origine profonde, qu'on ne
doit pas confondre avec la pilosité superficielle qui est plus ou moins développée selon
les espèces et peut même manquer totalement. Cette pilosité superficielle correspond
simplement à une élongation des cellules marginales de la face externe des réceptacles.
- 229-
Nous n'omettrons pas de signaler que la coloration brune des poils peut
varier d'intensité chez une même espèce; elle peut aller du presque incolore
au brun très foncé, ce qui a été à l'origine de noms donnés de façon erronée,
comme par exemple nigro..hirtula appliqué à une espèce que nous avons
récoltée avec des poils blond clair presque incolores.
L'épaisseur des poils se situe, pour l'ensemble du genre, entre 15 tL et
70 [J. dans la région basale, cette épaisseur diminuant ensuite progressivement
jusqu'au sommet. Nous appelons poils minces, ceux dont l'épaisseur ne
dépasse guère 35 [J. et poils épais, ceux dont l'épaisseur dépasse 50 [J..
Si un bon nombre de Scutellinia se rangent dans la catégorie des espèces
à poils moyennement épais, nous avons pu néanmoins regrouper dans une
même section huit espèces dont les longs poils sont particulièrement épais à
la base - puisque cette épaisseur peut atteindre 70 [J., - mais s'effilent Ion..
guement ainsi que progressivement vers le sommet. En outre, les parois laté..
raIes de ces poils sont fort épaisses (entre 9 [J. et 15 [J.). Nous estimons qu'il
s'agit là d'affinités naturelles, d'autant que les caractères sporaux (spores plus
ou moins allongées et obtuses aux pôles, à reliefs souvent grossiers) semblent
confirmer les affinités que révèle la pilosité.
Un second groupe nous a paru devoir être constitué: celui des Setosae
(avec S. setosa (Nees ex Fr.) Kuntze pour typus), dont les poils, généralement
moins épais à la base cette fois, montrent également des parois latérales parti..
culièrement épaisses. Toutefois, alors que, chez le groupe précédent, les
cloisons transversales étaient nombreuses et toujours nettement visibles, chez
ce second groupe, les cloisons transversales internes peuvent se montrer
moins nombreuses, peu visibles et même ne pas se former du tout.
D'autre part, cette même particularité concernant les cloisons transver..
sales, nous a amenée à reconnaître des affinités entre les Setosae et deux
autres groupes, que, de ce fait, nous considérons comme affines. L'un, celui des
Hirtae (typus: S. hirta (Schum. ex Fries) Cooke) se caractérise par ses poils
courts et ses spores nettement allongées; l'autre, celui des Trechisporae
(typus: S. trechispora (Berk. et Br.) Lambotte, où nous retrouvons deux
espèces : S. paludicola (Boud.) Le Gal et S. Barlae (Boud.) Maire à poils courts
non ou peu cloisonnés transversalement, mais à spores rondes ou presque
rondes.
Il nous paraît opportun de rappeler ici que nous ne considérons pas, chez
les Scutellinia, la forme plus ou moins ronde de la spore comme un caractère
important, étant donné qu'il est variable à l'intérieur d'une même espèce et
que nous trouvons, chez un certain nombre d'espèces, des spores qui, au début
de leur formation, se montrent rondes et ne s'allongent qu'ensuite.
- 23°-
A part les trois groupes précitést nous avons toujours observét chez la
pilositét des cloisons transversales bien visibles et souvent nombreuses.
Si nous considérons maintenant les poils du point de vue de leur aspect
général, que nous nous sommes toujours attachée à observert dessinant ceux...ci
sur toute leur longueur et dans leurs moindres détailst nous en avons tiré les
conclusions suivantes.
Alors que certaines pilosités ont un aspect plutôt réguliert les parois
externes des poils stallongeant progressivement depuis la base jusqutau som...
met du poil. dtautrest au contrairet montrent un contour externe sinueuxt
tour à tour renflé puis aminci. Cette pilosité de type toruleux se rencontre
fréquemment chez un groupe dtespèces dont nous faisons la section des
Barbatae (avec pour typus : S. badioberbis (Berk. ex Cooke) O. Kuntze.
Ces espèces ontt par ailleurst les spores plus ou moins étroitement ellip...
tiques, ornées de pustules souvent grossières; elles se montrent de couleur
rouge...orangé ou ocre...roux, parfois nuancées de verdâtre. Ce sont des Scutel...
lrinia de climat humide et chaudt que l'on ne rencontre pas dans la zone tem...
pérée.
Il nous a donc paru que leur pilosité avait une signification taxinomique
qui s'ajoutait aux autres caractères individualisant le groupe.
Pour ce qui concerne la forme des poilst notons encore que la plupart des
Hirtae ont une pilosité d'aspect très irrégulier. Leurs poils sont onduleuxt
renflés par placest courbés dans la région apicale et parfois même assez brus...
quement. Ces particularitést jointes à la rareté ou à l'absence de cloisons
transversalest nous ont permis de situer ces espècest dtautant que les caractères
de la spore confirmaient leur appartenance au groupe où nous les avions
réunies.
Ce type irrégulier de poil des Hirtae se retrouve encore, mais cette fois
avec des cloisons transversales fréquentes et bien nettest chez les Scutellinia :
Doelloi (Speg.) Le Gat ampullacea (Limm.) Kuntzet arenosa (Vel.) Le Gal
et subglobispora Svr. et Moravec, espèces de couleur rouge vif, riches en caro...
ténoïdest caractérisées par leurs paraphyses renflées plus ou moins brus...
quement en boule ou en poire au sommet.
Nous les réunissons dans une section des Ampullacae, avec S. arenosa
pour typus; et nous retenons leur type de pilosité comme signe dtaffinité avec
la section des Hirtae.
Dtautres caractères secondaires concernapt surtout la région apicale du
poil, nous ont souvent aidée dans la détermination de nos espèces. Ainsi, nos
Barbatae ont le sommet des poils fréquemment terminé en lancette. Cet
aspect apparaît nettement chez S. Erinaceus = L. Balansae = L. lurida. On
trouve des sommets légèrement recourbés en crochet chez S. pratensis (Vel.)
- 23 1 -
Le Gal et S. nivalis (Boud.) Le Gal, du groupe de S. umbrarum (Fr.) Lamb.
qui, lui...même, peut avoir exceptionnellement les poils terminés en pinces de
homard (var. cancrina Le Gal et Romagnesi).
Quant à la pilosité de S. umbrarum, elle présente une grande similitude
d'aspect avec celle de S. patagonica Rehm ex Gamundi. Ce sont de gros
poils courts et effilés, larges à la base (47 iL) mais à cloisons latérales assez
minces (4 à 6 (1).
C'est surtout la forme de la spore qui permet de distinguer les deux
espèces, celle de S. patagonica étant plus largement elliptique et même
parfois presque sphérique. En tout cas, les poils indiquent une telle affinité
entre les deux espèces, qu'on ne saurait les classer dans des groupes différents.
La partie supérieure des poils se montre particulièrement effilée dans
notre section des Scutelliniae Svr. emend. Le Gal, notamment chez la var.
terrigena (Karst.) Le Gal du S. scutellata (L. ex Saint...Amans) Lambotte.
Quant au serrage marginal, il atteint le maximum (une soixantaine de
poils au mm.) chez S. macrospora (Svr.) Le Gal et le serrage minimum semble
être celui de S. Heimii Le Gal (6 poils seulement au mm.).
Ce serrage, bien que variable suivant les récoltes pour une même espèce,
permet, par exemple, de distinguer le S. Gintlii (Vel.) Svr., qui ressemble à
un grand S. scutellata à poils plus gros malgré le peu d'épaisseur de leurs
parois latérales, car il possède un serrage peu élevé (une douzaine de poils
au mm.), alors que chez le scutellata, le serrage se situe entre 20 et 30 poils
au mm.
Le serrage marginal permet encore de séparer du S. scutellata le S. cervo...
rum (Vel.) Svrcek, souvent confondu avec lui. Le S. cervorum a des poils
raides et grossiers. aux parois latérales épaisses, et sa pilosité ne dépasse guère
une douzaine d'unités au mm., alors qu'elle atteint 20 à 30 unités chez le
scutellata, qui est muni de poils plus étroits aux cloisons latérales moins
épaisses.
Enfin, nous ne manquerons pas de signaler le peu de rigidité des poils
de S. Kerguelensis, car c'est un caractère spécifique valable qui peut éviter
des confusions.
En bref, la pilosité des Scutellinia, aux aspects si divers, nous a puis...
samment aidée à mettre en lumière des affinités pour le groupement des
espèces à rintérieur du genre.
Nous croyons que ces affinités sont valables puisque d'autres caractères
tirés notamment de la spore et de la forme des paraphyses, dans leur région
apicale, les ont confirmées.
Muséum National d'Histoire Naturelle,
Laboratoire de Cryptogamie, 12, rue de Buffon, 75005 Paris.

Mais conteúdo relacionado

Destaque

Anniversaire
AnniversaireAnniversaire
AnniversaireSkyrock
 
01 inspire intervention_siglr
01 inspire intervention_siglr01 inspire intervention_siglr
01 inspire intervention_siglrDIOT Clément
 
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014Charles Harari
 
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagement
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagementAu pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagement
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagementMission Val de Loire
 
Atelier 2 commerce électronique - décembre
Atelier 2   commerce électronique - décembreAtelier 2   commerce électronique - décembre
Atelier 2 commerce électronique - décembreGetting to Global
 
Presentación1 angie ardila pop
Presentación1 angie ardila popPresentación1 angie ardila pop
Presentación1 angie ardila popAngie Ardila
 
Sustentación proyecto 4
Sustentación proyecto 4Sustentación proyecto 4
Sustentación proyecto 4000Mariana000
 
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettes
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettesJournée TICE UNS - Utilisation des tablettes
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettesMATICE_CDP
 
Débat public penly 3 intervention mickael marie
Débat public penly 3 intervention mickael marieDébat public penly 3 intervention mickael marie
Débat public penly 3 intervention mickael mariewebmestre lesvertsbn
 
Pres Association
Pres AssociationPres Association
Pres Associationbarneoud
 
Les outils de partage
Les outils de partageLes outils de partage
Les outils de partagekrynudino
 
Présentation Olozim
Présentation OlozimPrésentation Olozim
Présentation Olozimbarneoud
 

Destaque (20)

Clermont
ClermontClermont
Clermont
 
Les Incas
Les IncasLes Incas
Les Incas
 
Anniversaire
AnniversaireAnniversaire
Anniversaire
 
01 inspire intervention_siglr
01 inspire intervention_siglr01 inspire intervention_siglr
01 inspire intervention_siglr
 
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014
Quiétudes vous souhaite une excellente année 2014
 
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagement
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagementAu pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagement
Au pied du château de Saumur, de l'accident vers l'aménagement
 
Atelier 2 commerce électronique - décembre
Atelier 2   commerce électronique - décembreAtelier 2   commerce électronique - décembre
Atelier 2 commerce électronique - décembre
 
Paisatges de la Val d'Aran
Paisatges de la Val d'AranPaisatges de la Val d'Aran
Paisatges de la Val d'Aran
 
Le créationnisme contre la science
Le créationnisme contre la scienceLe créationnisme contre la science
Le créationnisme contre la science
 
Presentación1 angie ardila pop
Presentación1 angie ardila popPresentación1 angie ardila pop
Presentación1 angie ardila pop
 
Sustentación proyecto 4
Sustentación proyecto 4Sustentación proyecto 4
Sustentación proyecto 4
 
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettes
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettesJournée TICE UNS - Utilisation des tablettes
Journée TICE UNS - Utilisation des tablettes
 
Débat public penly 3 intervention mickael marie
Débat public penly 3 intervention mickael marieDébat public penly 3 intervention mickael marie
Débat public penly 3 intervention mickael marie
 
Pres Association
Pres AssociationPres Association
Pres Association
 
J'emaile avec GMAIL
J'emaile avec GMAILJ'emaile avec GMAIL
J'emaile avec GMAIL
 
les acctions
les acctionsles acctions
les acctions
 
Concurso Plano Nacional Leitura-1ª Fase
Concurso Plano Nacional Leitura-1ª FaseConcurso Plano Nacional Leitura-1ª Fase
Concurso Plano Nacional Leitura-1ª Fase
 
Historia JA y proposito
Historia JA y propositoHistoria JA y proposito
Historia JA y proposito
 
Les outils de partage
Les outils de partageLes outils de partage
Les outils de partage
 
Présentation Olozim
Présentation OlozimPrésentation Olozim
Présentation Olozim
 

Semelhante a Le gal002

Dossier pedagogique - Aigles de château-thierry
Dossier pedagogique - Aigles de château-thierryDossier pedagogique - Aigles de château-thierry
Dossier pedagogique - Aigles de château-thierrymoonglow23
 
Lapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBLapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBARICHI Bouchra
 
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe Avon
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe AvonNouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe Avon
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe AvonSciences -Arts Museum
 
Standard fci braque de weimar
Standard fci braque de weimarStandard fci braque de weimar
Standard fci braque de weimarelyaneforet
 

Semelhante a Le gal002 (6)

Dossier pedagogique - Aigles de château-thierry
Dossier pedagogique - Aigles de château-thierryDossier pedagogique - Aigles de château-thierry
Dossier pedagogique - Aigles de château-thierry
 
Lapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZBLapin néo-zélandais blanc NZB
Lapin néo-zélandais blanc NZB
 
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe Avon
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe AvonNouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe Avon
Nouvelle monographie des trechinae, V3, Christophe Avon
 
Qui est cette carpe ?
Qui est cette carpe ?Qui est cette carpe ?
Qui est cette carpe ?
 
Standard fci braque de weimar
Standard fci braque de weimarStandard fci braque de weimar
Standard fci braque de weimar
 
Surprises du monde vivant XIV
Surprises du monde vivant XIVSurprises du monde vivant XIV
Surprises du monde vivant XIV
 

Mais de Javi Mateos

Orbilia sarraziniana 111009 107
Orbilia sarraziniana 111009 107Orbilia sarraziniana 111009 107
Orbilia sarraziniana 111009 107Javi Mateos
 
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)Javi Mateos
 
00000167%5 c00000071
00000167%5 c0000007100000167%5 c00000071
00000167%5 c00000071Javi Mateos
 
00000083%5 c00000090
00000083%5 c0000009000000083%5 c00000090
00000083%5 c00000090Javi Mateos
 
00000083%5 c00000083
00000083%5 c0000008300000083%5 c00000083
00000083%5 c00000083Javi Mateos
 
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537Javi Mateos
 
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001Javi Mateos
 
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutellinia
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutelliniaPag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutellinia
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutelliniaJavi Mateos
 
Natcroat 1998 7_matocec
Natcroat 1998 7_matocecNatcroat 1998 7_matocec
Natcroat 1998 7_matocecJavi Mateos
 
Monedero%20 garcia inocybe_2009
Monedero%20 garcia inocybe_2009Monedero%20 garcia inocybe_2009
Monedero%20 garcia inocybe_2009Javi Mateos
 
Los contr inocib_015
Los contr inocib_015Los contr inocib_015
Los contr inocib_015Javi Mateos
 

Mais de Javi Mateos (20)

Clowez 2014
Clowez 2014Clowez 2014
Clowez 2014
 
Orbilia sarraziniana 111009 107
Orbilia sarraziniana 111009 107Orbilia sarraziniana 111009 107
Orbilia sarraziniana 111009 107
 
35bc514
35bc51435bc514
35bc514
 
23 (1)
23 (1)23 (1)
23 (1)
 
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)
20 morchella-fluvialis-bsmm-0001 (1)
 
00000167%5 c00000071
00000167%5 c0000007100000167%5 c00000071
00000167%5 c00000071
 
00000083%5 c00000090
00000083%5 c0000009000000083%5 c00000090
00000083%5 c00000090
 
00000083%5 c00000083
00000083%5 c0000008300000083%5 c00000083
00000083%5 c00000083
 
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537
Dialnet el generoentolomap-kummagaricalesenlospisosalpinoysu-1090537
 
Yesca%2023
Yesca%2023Yesca%2023
Yesca%2023
 
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001
Paz et-al-2012-elaphomyces-famcal-0001
 
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutellinia
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutelliniaPag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutellinia
Pag.%2067%20a%2076%20 aproximaci%c3%b3n%20al%20g%c3%a9nero%20scutellinia
 
P1024 05 02_105
P1024 05 02_105P1024 05 02_105
P1024 05 02_105
 
P0422 04 047
P0422 04 047P0422 04 047
P0422 04 047
 
Natcroat 1998 7_matocec
Natcroat 1998 7_matocecNatcroat 1998 7_matocec
Natcroat 1998 7_matocec
 
Monedero%20 garcia inocybe_2009
Monedero%20 garcia inocybe_2009Monedero%20 garcia inocybe_2009
Monedero%20 garcia inocybe_2009
 
Mc4 1 no8
Mc4 1 no8Mc4 1 no8
Mc4 1 no8
 
Los contr inocib_015
Los contr inocib_015Los contr inocib_015
Los contr inocib_015
 
Libro trufas2
Libro trufas2Libro trufas2
Libro trufas2
 
Yesca%2024
Yesca%2024Yesca%2024
Yesca%2024
 

Le gal002

  • 1. VALEUR TAXINOMIQUE DE LA PILOSITÉ DANS LE GENRE SCUTELLINIA (COOKE) LAMB. EMEND. LE GAL par Mme Marcelle LE GAL Résumé. - Une observation preCIse de la pilosité permet de grouper les Scutel- linia en sections naturelles. La longueur des poils n'a qu'une valeur relative. Dans la hiérarchie des caractères, nous donnons la primauté à l'épaisseur des poils, à l'épaisseur de leur membrane externe, à la fréquence et à la netteté plus ou moins grandes des cloisons transversales internes, enfin à leur aspect général notamment dans la région apicale. Or, les caractères mis ainsi en évidence sont confirmés par les caractères spo- raux et par la forme des paraphyses. Les poils des Scutellinia sont d'aspect rigide; ils possèdent une mem.. brane externe continue, qu'un pigment colore plus ou moins intensément de brun. Ils présentent, en outre, des cloisons internes qui les divisent en sections plus ou moins nombreuses; mais parfois aussi il arrive qu'ils soient dépourvus de tout cloisonnement transversal. Or, cette pilosité des Scutellinia est d'un type bien particulier: elle a toujours son origirne dans la Zone moyenne interne de l'excipulum à hyphes entrecroisées, de calibre et de serrage variables selon les espèces. En effet, chez les réceptacles vus en coupe radiale, nous avons toujours constaté que la partie inférieure des poils émerge de la profondeur du tissu et que les crampons divergents dont leur base est munie, apparaissent comme les pro.. longements des hyphes de la zone moyenne interne. Cette origine interne de la pilosité correspond à un caractère générique important, conjointement avec le contenu sporal à guttules lipidiques sou.. vent grosses et parfois si nombreuses que la spore en est littéralement bourrée. En dehors du genre Scutellinia, on ne rencontre ce type de pilosité que chez quelques espèces seulement du genre Cheilym.enia Boud., très affine d'ailleurs au précédent, mais dont les spores ont un contenu dépourvu de grosses guttules lipidiques et une forme généralement étroitement elliptique. Jusqu'à présent, la pilosité des Scutellinia ne paraît pas avoir été obser.. vée d'assez près, en sorte qu'on n'en a pas tiré toutes les indications d'ordre taxinomique qu'elle pouvait révéler pour le regroupement des espèces en
  • 2. - 228- sections naturelles, à l'intérieur même du genre. C'est à combler cette lacune que nous nous sommes appliquée ici. Ce qui a le plus frappé les auteurs et ce qu'ils ont surtout observé, eest la longueur des poils. Or, c'est le caractère qui varie le plus non seule... ment d'une espèce à l'autre, mais encore à l'intérieur d'une même espèce. D'ailleurs, pour l'ensemble des espèces que nous classons dans le genre et dont le nombre atteint, jusqu'à ce jour, une soixantaine (compte non tenu de 6 variétés), la longueur des poils montre une forte amplitude de variation. Celle...ci se situe, en effet, entre 50 et 100 [J. environ pour les plus courts et atteint jusqu'à 2 000 et 3 500 !1. pour les plus longs 1. Chez une même espèce, l'amplitude de variation peut aller du simple au double et même au delà. Par exemple, chez le s. Cubensis (Berk. et Curt.) Le Gal dont les poils se montrent généralement si courts qu'ils sont à peine visi... bles, nous avons pu observer, dans un même exemplaire et en suivant la bordure marginale, des poils très courts, puis des poils atteignant 200 à 400 !J., enfin un certain nombre d'autres poils allongés jusqu'à 500 et 800 !J.. Le S. umbrarum (Fr.) Lambotte est considéré, à juste titre, comme une espèce à poils courts; ceux...ci, en effet, atteignent presque toujours de 200 à 450 !J. de longueur, mais nous avons une récolte où les poils mesurent jusqu'à 800!J. et 1 000 !J.. Chez s. Erinaceus (Schw.) Kunt. = Lachnea Balansae Speg. = Lachnea lurida P. Hennings et E. Nyman, qui est l'espèce le plus communément ren... contrée en zone équatoriale et en zone tropicale à subtropicale humide, les poils atteignent généralement de 300 à 1 000 !J.; toutefois, chez certaines récoltes, ils ont jusqu'à 1 500 et même 2 000 !J.; quant au s. arenosa (Vel.) Le Gat il a des poils qui sont généralement courts (25 à 400 !J. environ), mais il lui arrive d'en posséder de plus allongés (jusqu'à 1 000 !J.). Parmi les caractères que nous considérons comme importants, mais qui, très souvent, ont été négligés par la plupart des auteurs, nous citerons, en premier lieu, l'épaisseur des poils ainsi que l'épaisseur de leurs cloisons exter... nes; la fréquence plus ou moins grande des cloisons transversales internes ou leur absence. Secondairement nous avons retenu comme valables l'aspect général du poil et le serrage à la marge de la pilosité (nombre de poils au mm. compté sur l'arête marginale) qui, bien que variable, se tient entre certaines limites et peut fournir des données taxinomiquement utilisables. 1. Nous ne considérons ici que les poils à crampons d'origine profonde, qu'on ne doit pas confondre avec la pilosité superficielle qui est plus ou moins développée selon les espèces et peut même manquer totalement. Cette pilosité superficielle correspond simplement à une élongation des cellules marginales de la face externe des réceptacles.
  • 3. - 229- Nous n'omettrons pas de signaler que la coloration brune des poils peut varier d'intensité chez une même espèce; elle peut aller du presque incolore au brun très foncé, ce qui a été à l'origine de noms donnés de façon erronée, comme par exemple nigro..hirtula appliqué à une espèce que nous avons récoltée avec des poils blond clair presque incolores. L'épaisseur des poils se situe, pour l'ensemble du genre, entre 15 tL et 70 [J. dans la région basale, cette épaisseur diminuant ensuite progressivement jusqu'au sommet. Nous appelons poils minces, ceux dont l'épaisseur ne dépasse guère 35 [J. et poils épais, ceux dont l'épaisseur dépasse 50 [J.. Si un bon nombre de Scutellinia se rangent dans la catégorie des espèces à poils moyennement épais, nous avons pu néanmoins regrouper dans une même section huit espèces dont les longs poils sont particulièrement épais à la base - puisque cette épaisseur peut atteindre 70 [J., - mais s'effilent Ion.. guement ainsi que progressivement vers le sommet. En outre, les parois laté.. raIes de ces poils sont fort épaisses (entre 9 [J. et 15 [J.). Nous estimons qu'il s'agit là d'affinités naturelles, d'autant que les caractères sporaux (spores plus ou moins allongées et obtuses aux pôles, à reliefs souvent grossiers) semblent confirmer les affinités que révèle la pilosité. Un second groupe nous a paru devoir être constitué: celui des Setosae (avec S. setosa (Nees ex Fr.) Kuntze pour typus), dont les poils, généralement moins épais à la base cette fois, montrent également des parois latérales parti.. culièrement épaisses. Toutefois, alors que, chez le groupe précédent, les cloisons transversales étaient nombreuses et toujours nettement visibles, chez ce second groupe, les cloisons transversales internes peuvent se montrer moins nombreuses, peu visibles et même ne pas se former du tout. D'autre part, cette même particularité concernant les cloisons transver.. sales, nous a amenée à reconnaître des affinités entre les Setosae et deux autres groupes, que, de ce fait, nous considérons comme affines. L'un, celui des Hirtae (typus: S. hirta (Schum. ex Fries) Cooke) se caractérise par ses poils courts et ses spores nettement allongées; l'autre, celui des Trechisporae (typus: S. trechispora (Berk. et Br.) Lambotte, où nous retrouvons deux espèces : S. paludicola (Boud.) Le Gal et S. Barlae (Boud.) Maire à poils courts non ou peu cloisonnés transversalement, mais à spores rondes ou presque rondes. Il nous paraît opportun de rappeler ici que nous ne considérons pas, chez les Scutellinia, la forme plus ou moins ronde de la spore comme un caractère important, étant donné qu'il est variable à l'intérieur d'une même espèce et que nous trouvons, chez un certain nombre d'espèces, des spores qui, au début de leur formation, se montrent rondes et ne s'allongent qu'ensuite.
  • 4. - 23°- A part les trois groupes précitést nous avons toujours observét chez la pilositét des cloisons transversales bien visibles et souvent nombreuses. Si nous considérons maintenant les poils du point de vue de leur aspect général, que nous nous sommes toujours attachée à observert dessinant ceux...ci sur toute leur longueur et dans leurs moindres détailst nous en avons tiré les conclusions suivantes. Alors que certaines pilosités ont un aspect plutôt réguliert les parois externes des poils stallongeant progressivement depuis la base jusqutau som... met du poil. dtautrest au contrairet montrent un contour externe sinueuxt tour à tour renflé puis aminci. Cette pilosité de type toruleux se rencontre fréquemment chez un groupe dtespèces dont nous faisons la section des Barbatae (avec pour typus : S. badioberbis (Berk. ex Cooke) O. Kuntze. Ces espèces ontt par ailleurst les spores plus ou moins étroitement ellip... tiques, ornées de pustules souvent grossières; elles se montrent de couleur rouge...orangé ou ocre...roux, parfois nuancées de verdâtre. Ce sont des Scutel... lrinia de climat humide et chaudt que l'on ne rencontre pas dans la zone tem... pérée. Il nous a donc paru que leur pilosité avait une signification taxinomique qui s'ajoutait aux autres caractères individualisant le groupe. Pour ce qui concerne la forme des poilst notons encore que la plupart des Hirtae ont une pilosité d'aspect très irrégulier. Leurs poils sont onduleuxt renflés par placest courbés dans la région apicale et parfois même assez brus... quement. Ces particularitést jointes à la rareté ou à l'absence de cloisons transversalest nous ont permis de situer ces espècest dtautant que les caractères de la spore confirmaient leur appartenance au groupe où nous les avions réunies. Ce type irrégulier de poil des Hirtae se retrouve encore, mais cette fois avec des cloisons transversales fréquentes et bien nettest chez les Scutellinia : Doelloi (Speg.) Le Gat ampullacea (Limm.) Kuntzet arenosa (Vel.) Le Gal et subglobispora Svr. et Moravec, espèces de couleur rouge vif, riches en caro... ténoïdest caractérisées par leurs paraphyses renflées plus ou moins brus... quement en boule ou en poire au sommet. Nous les réunissons dans une section des Ampullacae, avec S. arenosa pour typus; et nous retenons leur type de pilosité comme signe dtaffinité avec la section des Hirtae. Dtautres caractères secondaires concernapt surtout la région apicale du poil, nous ont souvent aidée dans la détermination de nos espèces. Ainsi, nos Barbatae ont le sommet des poils fréquemment terminé en lancette. Cet aspect apparaît nettement chez S. Erinaceus = L. Balansae = L. lurida. On trouve des sommets légèrement recourbés en crochet chez S. pratensis (Vel.)
  • 5. - 23 1 - Le Gal et S. nivalis (Boud.) Le Gal, du groupe de S. umbrarum (Fr.) Lamb. qui, lui...même, peut avoir exceptionnellement les poils terminés en pinces de homard (var. cancrina Le Gal et Romagnesi). Quant à la pilosité de S. umbrarum, elle présente une grande similitude d'aspect avec celle de S. patagonica Rehm ex Gamundi. Ce sont de gros poils courts et effilés, larges à la base (47 iL) mais à cloisons latérales assez minces (4 à 6 (1). C'est surtout la forme de la spore qui permet de distinguer les deux espèces, celle de S. patagonica étant plus largement elliptique et même parfois presque sphérique. En tout cas, les poils indiquent une telle affinité entre les deux espèces, qu'on ne saurait les classer dans des groupes différents. La partie supérieure des poils se montre particulièrement effilée dans notre section des Scutelliniae Svr. emend. Le Gal, notamment chez la var. terrigena (Karst.) Le Gal du S. scutellata (L. ex Saint...Amans) Lambotte. Quant au serrage marginal, il atteint le maximum (une soixantaine de poils au mm.) chez S. macrospora (Svr.) Le Gal et le serrage minimum semble être celui de S. Heimii Le Gal (6 poils seulement au mm.). Ce serrage, bien que variable suivant les récoltes pour une même espèce, permet, par exemple, de distinguer le S. Gintlii (Vel.) Svr., qui ressemble à un grand S. scutellata à poils plus gros malgré le peu d'épaisseur de leurs parois latérales, car il possède un serrage peu élevé (une douzaine de poils au mm.), alors que chez le scutellata, le serrage se situe entre 20 et 30 poils au mm. Le serrage marginal permet encore de séparer du S. scutellata le S. cervo... rum (Vel.) Svrcek, souvent confondu avec lui. Le S. cervorum a des poils raides et grossiers. aux parois latérales épaisses, et sa pilosité ne dépasse guère une douzaine d'unités au mm., alors qu'elle atteint 20 à 30 unités chez le scutellata, qui est muni de poils plus étroits aux cloisons latérales moins épaisses. Enfin, nous ne manquerons pas de signaler le peu de rigidité des poils de S. Kerguelensis, car c'est un caractère spécifique valable qui peut éviter des confusions. En bref, la pilosité des Scutellinia, aux aspects si divers, nous a puis... samment aidée à mettre en lumière des affinités pour le groupement des espèces à rintérieur du genre. Nous croyons que ces affinités sont valables puisque d'autres caractères tirés notamment de la spore et de la forme des paraphyses, dans leur région apicale, les ont confirmées. Muséum National d'Histoire Naturelle, Laboratoire de Cryptogamie, 12, rue de Buffon, 75005 Paris.