O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Présentation du Rapport annuel de la Banque nationale à Namur - Pierre Wunsch

Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Carregando em…3
×

Confira estes a seguir

1 de 58 Anúncio

Présentation du Rapport annuel de la Banque nationale à Namur - Pierre Wunsch

Baixar para ler offline

Diaporama utilisé par le gouverneur Pierre Wunsch lors de sa présentation du Rapport de la Banque nationale, le 2 mars à Namur.

Diaporama utilisé par le gouverneur Pierre Wunsch lors de sa présentation du Rapport de la Banque nationale, le 2 mars à Namur.

Anúncio
Anúncio

Mais Conteúdo rRelacionado

Diapositivos para si (19)

Semelhante a Présentation du Rapport annuel de la Banque nationale à Namur - Pierre Wunsch (20)

Anúncio

Mais de Forums financiers de Wallonie (20)

Mais recentes (20)

Anúncio

Présentation du Rapport annuel de la Banque nationale à Namur - Pierre Wunsch

  1. 1. Reconstituer des marges de manœuvre dans un environnement incertain Rapport annuel 2019 Gouverneur Pierre Wunsch | Namur 2 mars 2020
  2. 2. L'environnement économique en 2019
  3. 3. Net ralentissement dans la zone euro Résilience en Belgique Croissance de l’économie mondiale au plus bas depuis la crise
  4. 4. 5 Sources: BCE, CE, CPB. Commerce international (taux de croissance annuelle en volume) L’activité et les échanges internationaux ont décéléré dans les principales économies PIB (taux de croissance annuelle en volume) -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 Monde États-Unis Zone euro Chine 2017 2018 2019 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 Monde États-Unis Zone euro Chine
  5. 5. 6Source: Refinitiv. 1 Sur la base des mentions dans la presse et sur internet. Évolution de l’investissement (moyenne mobile sur quatre trimestres, pourcentages de variation annuelle en volume) L’incertitude élevée a pesé sur les investissements … Incertitude relative à la politique commerciale américaine1 (Indice 2014 = 100) 0 500 1000 1500 2000 2500 0 1 2 3 4 5 6 7 2017 2018 2019 États-Unis Zone euro Chine
  6. 6. 7Source: Refinitiv. 1 Les indices PMI varient entre 0 et 100. Une valeur supérieure à 50 signale une hausse de la production, tandis qu’une valeur inférieure à 50 indique une baisse. Taux de chômage (pourcentages de la population active) … et sur l’activité manufacturière, tandis que les services ont mieux résisté et ont soutenu les marchés du travail Indices PMI1 pour les économies avancées 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 0 2 4 6 8 10 12 14 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 2017 2019 États-Unis Zone euroIndustrie Services
  7. 7. Net ralentissement dans la zone euro Résilience en Belgique Croissance de l’économie mondiale au plus bas depuis la crise
  8. 8. IT DE Zone euro BE FR FI AT NL EL ES PT 8 10 12 14 16 18 20 22 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 Croissance du PIB en 2019 (pourcentages de variation) 9 Sources: BCE, Eurostat, BNB. Dans la zone euro, les pays où l’activité industrielle est intense ont été les plus touchés Part de l’industrie manufacturière dans le PIB (pourcentages)
  9. 9. Net ralentissement dans la zone euro Résilience en Belgique Croissance de l’économie mondiale au plus bas depuis la crise
  10. 10. 11 En Belgique, la détérioration du contexte économique international a affecté la confiance et le commerce extérieur -10 -8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 10 2015 2016 2017 2018 2019 Indicateur synthétique de conjoncture des entreprises Indicateur de la confiance des consommateurs Indicateurs de conjoncture (soldes des réponses aux enquêtes de la Banque, données normalisées par rapport à la moyenne sur la période 1995-2019) 0 1 2 3 4 5 6 2015 2016 2017 2018 2019 e Exportations de biens et de services Importations de biens et de services Marchés à l'exportation de la Belgique Sources: BCE, ICN, BNB. 1 Les données des exportations et des importations de la Belgique en 2016 et en 2017 ont été expurgées des effets de la réorganisation des activités d’une entreprise du secteur pharmaceutique. Échanges extérieurs et marchés à l'exportation de la Belgique¹ (pourcentages de variation annuelle, en volume)
  11. 11. 12 Sources: Eurostat, ICN, BNB. En 2019, la croissance du PIB s’est affaiblie en Belgique, mais moins que dans la zone euro 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Belgique Zone euro Allemagne Croissance en volume du PIB (pourcentages de variation annuelle)
  12. 12. 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 2015 2016 2017 2018 2019 Demande intérieure 2,0 1,5 2,0 1,5 1,4 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 2015 2016 2017 2018 2019 PIB 13Sources: ICN, BNB. 1 Hors opérations spécifiques. La demande intérieure a été le principal moteur de la croissance en Belgique Évolution du PIB et de la demande intérieure (pourcentages de variation annuelle en volume) Consommation privée Dépenses publiques Investissements des entreprises¹ Investissements en logements 1,5%  1,1% 1,8%  1,4% 1,0%  5,9% 3,9%  3,0% (2018  2019)
  13. 13. 14 L’offre de logements s’est récemment élargie Évolution de l’activité de construction et des investissements en logements (indices 2008 = 100) Évolution des prix et de l’offre de logements (indices 1991 = 100) Sources: ICN, Statbel, BNB. 1 Déflatés au moyen du déflateur de la consommation privée. 80 85 90 95 100 105 110 115 120 125 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Investissements en logements Valeur ajoutée dans la branche de la construction 100 130 160 190 220 250 100 101 102 103 104 105 1991 1994 1997 2000 2003 2006 2009 2012 2015 2018 Nombre de logements par ménage Prix immobiliers réels¹ (échelle de droite)
  14. 14. 15 Sources: ICN, BNB. L’emploi a continué de croître fermement en 2019 -0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019e Emploi PIB Évolution de l’emploi et du PIB (pourcentages de variation annuelle) 74 000 nouveaux postes
  15. 15. 16 Sources: Eurostat, BNB. Les réformes ont de l’effet: le fonctionnement du marché du travail s’est amélioré Taux de chômage (pourcentages de la population active âgée de 15 à 64 ans) 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013 2015 2017 2019e Taux d’emploi (pourcentages de la population âgée de 20 à 64 ans) 66 67 68 69 70 71 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019e
  16. 16. -1 0 1 2 3 2015 2016 2017 2018 2019 e Salaires et traitements bruts Revenu des indépendants et excédent brut d'exploitation Revenus de la propriété (nets) Transferts courants (nets) dont: Éffet du tax shift Revenu disponible en termes réels (pourcentages) 17 Sources: ICN, BNB. L’augmentation du pouvoir d’achat a été la plus élevée depuis plus de dix ans Contributions à la croissance en termes réels du revenu disponible des ménages (points de pourcentage, sauf mention contraire) dont: Effet du tax shift ◆ Progression soutenue de l’emploi ◆ Augmentation plus importante des salaires (accords sectoriels) ◆ Allègement de la pression fiscale (tax shift) ◆ Diminution des prix de l’énergie en 2019
  17. 17. 18Sources: ICN, BNB. 1 Pourcentages de la population active. 2 Pourcentages du PIB. Principaux résultats économiques pour la Belgique (pourcentages de variation, sauf mention contraire) 2016 2017 2018 2019 e PIB en volume 1,5 2,0 1,5 1,4 Inflation 1,8 2,2 2,3 1,2 Emploi 1,3 1,6 1,4 1,5 Taux de chômage harmonisé1 7,9 7,1 6,0 5,4 Solde des opérations courantes avec le reste du monde2 0,6 1,2 -1,0 -1,4
  18. 18. Gros plan sur le soutien monétaire dans la zone euro
  19. 19. 20
  20. 20. Fonctionne-t-elle encore ? Cette impulsion n’induit-elle pas une prise de risques excessifs ? Environnement de taux bas et autres défis structurels pour le secteur financier Pourquoi une impulsion monétaire de cette ampleur ?
  21. 21. 22 Sources: BCE, Eurostat, Réalisations et prévisions d’inflation (pourcentages) Un train de nouvelles mesures monétaires en septembre, inspiré par la faiblesse de l’inflation dans la zone euro -1,0 -0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 Inflation totale Inflation sous-jacente Projections de l'Eurosystème de décembre 2019
  22. 22. 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Marchés financiers Enquêtes 23 Sources: BCE, Bloomberg. Attentes d’inflation à long terme dans la zone euro (pourcentages, taux annuel de croissance) Pourquoi l’inflation est-elle demeurée faible en 2019 également ? ◆ C’est l’évolution de l’activité, de l’emploi et de la demande qui soutient l’inflation ◆ La demande intérieure s’est montrée robuste, en dépit des incertitudes planant sur l’environnement international ◆ par la voie des retombées sur les attentes d’inflation … ◆ … vers un « nouvel ordre » régi par une inflation faible et… des taux bas ? Le ralentissement de la croissance a pesé sur la progression de l’inflation La faiblesse de l’inflation peut devenir un mécanisme auto-alimenté
  23. 23. 24 Taux réel d’équilibre (r*) en baisse à cause de facteurs structurels ◆ Taux réel d’équilibre (r*)  reflet de l’équilibre entre offre et demande de fonds prêtables ◆ En baisse pendant les dernières décennies  Facteurs structurels poussant simultanément l’épargne à la hausse et l’investissement à la baisse ◇ Exemples: vieillissement des populations (Occident et Asie de l’Est); montée des incertitudes; aversion pour le risque depuis la crise financière; inégalité croissante au niveau mondial, etc.
  24. 24. 25 En quoi est-ce un problème ? Inflation, taux d’intérêt réel d’équilibre et marge de manœuvre Taux d’intérêt réel d’équilibre (r*) plus élevé Taux d’intérêt réel d’équilibre (r*) plus faible 2% 1% 2% 1% Inflation plus élevée Inflation plus faible Inflation plus élevée Inflation plus faible ◆Une inflation plus forte va entraîner le taux d’intérêt nominal à la hausse et dégager davantage de marge pour des réductions de taux d’intérêt ◆L’environnement de taux d’intérêt faibles fait peser moins de risques sur la stabilité financière ◆La marge d’inflation est d’autant plus importante que le taux d’intérêt réel d’équilibre est faible
  25. 25. 26 La faiblesse du taux d’équilibre est l'un des points de départ de l’évaluation de la stratégie de politique monétaire ◆ Lancement en janvier 2020 ◆ Dernière évaluation en date: 2003 ◆ Formulation quantitative de la stabilité des prix ◆ Efficacité et effets secondaires potentiels des instruments de politique monétaire ◆ Autres considérations: stabilité financière, emploi et durabilité environnementale ◆ Modes de communication ◆ Approfondissement, ouverture et inclusion ◆ Consultation publique par la BNB Quand? Quoi? Comment?
  26. 26. Fonctionne-t-elle encore ? Cette impulsion n’induit-elle pas une prise de risques excessifs ? Environnement de taux bas et autres défis structurels pour le secteur financier Pourquoi une impulsion monétaire de cette ampleur ?
  27. 27. 28 La baisse sensible des taux d’intérêt sur les prêts aux ménages et aux entreprises a soutenu l’évolution du crédit dans la zone euro Source: BCE. 1 Taux moyen sur les nouveaux crédits dont le taux a initialement été fixé pour une durée supérieure à dix ans. 2 Taux moyen sur les nouveaux crédits d’un montant compris entre 250 000 et 1 million d’euros et dont le taux a initialement été fixé pour une durée supérieure à dix ans. Taux d’intérêt (pourcentages) Évolution du crédit au secteur privé (pourcentages de variation) 0 1 2 3 4 5 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Taux sur les prêts hypothécaires aux ménages¹ Taux sur les prêts aux sociétés non financières² -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Croissance des crédits aux entreprises Croissance des crédits hypothécaires
  28. 28. 29 Sources: ICN, BNB. Les charges d’intérêts de la dette publique de la Belgique ont reculé (pourcentages du PIB) 0 1 2 3 4 5 6 7 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019e
  29. 29. Fonctionne-t-elle encore ? Cette impulsion n’induit-elle pas une prise de risques excessifs ? Environnement de taux bas et autres défis structurels pour le secteur financier Pourquoi une impulsion monétaire de cette ampleur ?
  30. 30. -8 -6 -4 -2 0 2 4 6 8 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Ménages Sociétés non financières Écart crédit/PIB 31Source: BNB. 1 Différence entre le ratio crédit/PIB et sa tendance de long terme. 60 65 70 75 80 85 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Ratio crédit/PIB Tendance de long terme L’accélération du cycle de crédit en Belgique requiert la constitution préventive de coussins de fonds propres contracycliques Ratio crédit/PIB (crédit au secteur privé non financier, pourcentages du PIB) Écart crédit/PIB1 (pourcentages du PIB)
  31. 31. 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019H1 ≤ 80% ]80%; 90%] ]90%; 100%] ]100%; 110%] > 110% 32 Source: BNB. Ratio loan-to-value (quotité) (nouveaux crédits hypothécaires par année d’émission, pourcentages du total) Attentes prudentielles pour les nouveaux prêts hypothécaires belges De nouvelles attentes prudentielles visent une amélioration de la qualité des prêts hypothécaires tout en maintenant l’accès au crédit ◆ Points de repère pour l’octroi de crédits hypothécaires: seuils et marges de tolérance ◆ Quotité (LTV) et crédits présentant une combinaison de risques spécifiques (poches de risque) ◆ Limites flexibles, visant à garantir l’accès aux emprunteurs solvables: ◇ 35% des prêts aux primo-acquéreurs peuvent dépasser le seuil de 90% de LTV
  32. 32. ◆ Politique monétaire – conditions économiques et financières pour l’ensemble de la zone euro ◇ Ne peut souffrir de différenciation entre les États ou entre les segments du marché financier 33 Politiques monétaire et macroprudentielle : un dosage schizophrène ? ◆ Il en va autrement pour la politique macroprudentielle ◇ Elle peut endiguer les effets secondaires de l’environnement de taux bas grâce à des actions ciblées ◇ Elle permet à la politique monétaire de se concentrer sur les effets macroéconomiques de son impulsion ◇ Elle veille à la robustesse du secteur financier de telle sorte que le canal de transmission de la politique monétaire reste intact ◆ Si les risques pesant sur la stabilité financière sont largement répandus, la politique monétaire a bel et bien un rôle à jouer ◇ Rien n’indique que tel soit le cas
  33. 33. Fonctionne-t-elle encore ? Cette impulsion n’induit-elle pas une prise de risques excessifs ? Environnement de taux bas et autres défis structurels pour le secteur financier Pourquoi une impulsion monétaire de cette ampleur ?
  34. 34. 35 Sources: BCE, BNB. ATBE BG CZ DE ES FR UK EL HU IE IT LT NL PT SE UE 0 2 4 6 8 10 12 14 16 40 45 50 55 60 65 70 75 80 Ratio coûts/revenus Profitabilité et coûts des banques européennes (2019T2, pourcentages) Le secteur financier belge reste solide, mais l’environnement de taux bas et d’autres évolutions structurelles posent des défis croissants Défis structurels ◆ Environnement de taux bas ◆ Numérisation et BigTech ◆ Cybersécurité ◆ Incidence du changement climatique et de la transition énergétique ◆ Blanchiment de capitaux Rendement des fonds propres
  35. 35. 2015 2016 2017 2018 2019T3 2015 2016 2017 2018 2019T3 0 2 4 6 8 10 12 14 16 50 55 60 65 70 75 80 Ratio coûts/revenus Quatre plus grandes banques Banques (d'épargne) plus petites 36 Source: BNB. Les caractéristiques propres aux banques jouent également un rôle important en Belgique Profitabilité du secteur bancaire belge (pourcentages) Rendement des fonds propres
  36. 36. Se mettre en ordre de marche, pour que l’économie de demain soit forte et durable
  37. 37. Des défis importants pour les finances publiques S’inscrire dans un contexte changeant Mobiliser les entreprises et le capital humain
  38. 38. 39
  39. 39. 40Sources: ICN, BNB. 1 Il s’agit des dépenses hors charges d’intérêts. La situation des finances publiques belges s’est détériorée en 2019 (pourcentages du PIB) 2016 2017 2018 2019 e Recettes (a) 50,7 51,2 51,4 50,3 Dépenses primaires1 (b) 50,4 49,6 50,0 50,1 Charges d’intérêts (c) 2,7 2,3 2,1 1,9 Solde de financement nominal (= a – b – c) -2,4 -0,7 -0,7 -1,7 p.m. Solde de financement structurel -2,4 -1,7 -1,8 -2,4 Dette publique 104,9 101,8 100,0 99,1 Le déficit budgétaire structurel s’est creusé, s’éloignant encore plus de l’équilibre Avantage temporaire au niveau des recettes de l’impôt des sociétés
  40. 40. 41 -2,6-3 -2 -1 0 1 2 3 Chypre Luxembourg Grèce Malte Portugal Irlande Slovénie Pays-Bas Autriche Allemagne Lituanie Estonie Lettonie Zoneeuro Slovaquie Finlande Espagne France Belgique Italie Solde de financement des administrations publiques (pourcentages du PIB) Selon les prévisions pour 2021, le déficit de la Belgique sera presque le plus élevé de la zone euro Sources: CE, BNB (prévisions d’automne 2019).
  41. 41. AT CY EE FI FR DE EL IE IT LV LT LU MT NLPT SK SLES 0 10 20 30 40 50 60 0 1 2 3 4 5 6 Dépenses primaires Investissements publics -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019e Transferts courants et en capital Investissements Subsides aux entreprises Rémunérations et acquisitions Prestations sociales Total 42 Sources: CE, ICN, BNB. Dépenses publiques primaires (points de pourcentage du PIB potentiel, variation par rapport à 2000) À l’inverse des autres dépenses primaires, les investissements publics n’ont pas progressé et restent relativement faibles en Belgique Dépenses publiques primaires et investissements publics (pourcentages du PIB, 2019)
  42. 42. Oui: ◆ Taux de référence des obligations à dix ans: 0,19 % en 2019 ◆ Le poids des charges d’intérêts est revenu de 3,5 % du PIB en 2012 à 1,9 % en 2019 Mais (l’argent pas cher ne signifie pas de l’argent gratuit): ◆ Cette marge a déjà été utilisée ◇ Détérioration du solde primaire ◆ Le niveau de la dette reste élevé, ce qui rend les finances publiques belges vulnérables ◇ En cas de ralentissement conjoncturel ◇ En cas de hausse des taux d’intérêt - Les taux ne vont pas rester à leur niveau actuel indéfiniment - La prime de risque pourrait, en cas de progrès insuffisants, augmenter rapidement 43 Les taux d’intérêt bas n’offrent-ils pas de nouvelles marges de manœuvre budgétaires ? -1 0 1 2 3 4 5 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Évolution du taux de marché à long terme (OLO à dix ans)
  43. 43. Des défis importants pour les finances publiques S’inscrire dans un contexte changeant Mobiliser les entreprises et le capital humain
  44. 44. ◆ ◆ Tensions sur le commerce international Révolution numérique Vers une économie neutre pour le climat S’inscrire dans un contexte changeant 45
  45. 45. 46 Source: FMI. 1 Moyenne pondérée du contenu en valeur ajoutée de pays tiers dans les exportations d’un pays et de la valeur ajoutée d’un pays incorporée dans les exportations de pays tiers, pourcentages du total des exportations brutes mondiales. Les échanges internationaux se modifient en profondeur ◆ …des nouvelles technologies sur les chaînes de production … ◆ La mondialisation marque le pas ◆ Influence des tensions commerciales … ◆ … et des contraintes environnementales 30 32 34 36 38 40 42 44 46 48 50 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Participation moyenne à la chaîne de valeur mondiale¹
  46. 46. Technologies numériques Pouvoirs publics Société civile Entreprises Secteur financier Marché du travail Efficacité opérationnelle Finance numérique Concurrence des BigTech Cybersécurité La révolution numérique concerne tous les acteurs E-services Infrastructures (5G, smart cities) Services en ligne Respect de la vie privée Cybersécurité Outils numériques (cloud, big data) New ways of working (telework) E-commerce, économie de partage, start-up, Cybersécurité Création/destruction d’emplois Adaptation du capital humain (transition en carrière, compétences) Éducation (IT engineer, coding/data analysts) 47
  47. 47. Vers une économie neutre pour le climat ◆ Les pays de l’Union européenne se sont engagés à la neutralité climatique en 2050 ◆ Cela nécessite une adaptation majeure des modes de production et de consommation ◇ Renoncer à terme à l’utilisation des énergies fossiles ◆ Il convient d’opérer la transition de manière efficace ◇ Maîtriser les hausses de coûts ◇ Minimiser l’incidence sur le potentiel de production ◇ Tenir compte de la dimension sociale
  48. 48. 0,0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 2010 2018 2010 2018 2010 2018 2010 2018 2010 2018 2010 2018 2010 2018 Bio-énergie Géothermie Hydro Solaire photo- voltaïque Énergie solaire concentrée Éolien offshore Éolien onshore 5ᵉ-95ᵉ percentiles Coût moyen Zone de coût des carburants fossiles 49 Source: IRENA. Un facteur positif: les filières bas carbone sont de plus en plus compétitives Mais problème d’intermittence de la production Coût moyen de production d’électricité (dollars par kWh) -17% +50% +27% -77% -46% -20% -34%
  49. 49. Comment réussir une transition difficile ? ◆ Rôle de pilotage des pouvoirs publics dans un contexte technologique incertain ◇ Cadre réglementaire stable et prévisible (sinon risque d’actifs échoués) ◇ Approche cohérente (fiscalité, subsides, normes, …) ◆ Encourager les comportements qui favorisent la durabilité
  50. 50. Des défis importants pour les finances publiques S’inscrire dans un contexte changeant Mobiliser les entreprises et le capital humain
  51. 51. ◆ Développement et diffusion de l’innovation ◆ Renforcement qualitatif et quantitatif du capital humain ◆ Réallocation aisée des activités et des compétences Un ensemble d’actions pour s’inscrire dans l’économie de demain
  52. 52. L’essoufflement de la croissance de la productivité belge s’accentue 53 0 1 2 3 4 5 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2015 2020 Belgique Zone euro États-Unis Source: OCDE. Croissance de la productivité apparente du travail (pourcentages de variation annuelle)
  53. 53. Une éducation initiale de qualité et inclusive est indispensable 460 470 480 490 500 510 520 530 540 2000 2003 2006 2009 2012 2015 2018 Moyenne de l'OCDE Communauté flamande Communauté française Évolution des scores PISA en lecture Source: OCDE.
  54. 54. 55 Source: Eurostat. La proportion d’inactifs reste élevée dans chacune des régions (pourcentages de la population âgée de 15 à 64 ans, 2018) 0 5 10 15 20 25 30 35 40 SE UE BE BRU VLA WAL
  55. 55. 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 BE DE FR NL BE DE FR NL BE DE FR NL 56Sources: Eurostat, ICN. Secteur des entreprises Préserver la compétitivité, alors que les coûts salariaux sont plus élevés que dans les pays voisins (coûts salariaux horaires en euros, 2018) Industrie manufacturière Services marchands BE BE BE
  56. 56. 57 Source: ICN. Croissance de la valeur ajoutée par région (pourcentages de variation annuelle moyenne, en volume) Les écarts de performance entre les régions restent importants 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 1,2 1,4 1,6 1,8 2,0 2004-2015 2016-2018 Bruxelles-Capitale Flandre Wallonie Belgique Valeur ajoutée et revenu disponible par habitant (Belgique = 100, 2017) 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 200 Valeur ajoutée brute par habitant Revenu disponible par habitant Bruxelles-Capitale Flandre Wallonie
  57. 57. Conclusion 58 Conclusion ÉCONOMIE DURABLE DE DEMAIN Politique monétaire Finances publiques soutenables Secteur financier sain Entreprises agiles Autorités comme catalyseur des changements Capital humain en phase avec les compétences requises Établir des bases saines en Europe et en Belgique … … pour construire de manière durable l’économie de demain
  58. 58. Questions ? 2 mars 2020 Rapport annuel 2019 Gouverneur Pierre Wunsch | Namur

×