O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Dans la defense de la planification economique rationnelle

Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Próximos SlideShares
Les politiques économiques
Les politiques économiques
Carregando em…3
×

Confira estes a seguir

1 de 4 Anúncio

Dans la defense de la planification economique rationnelle

Baixar para ler offline

Le sujet dont nous traitons dans cet article est la planification économique, qui est une question très importante pour toute société qui souhaite promouvoir son développement économique et social dans un environnement de grande complexité et de changements souvent chaotiques, comme celui que nous vivons, imposés par des facteurs économiques internes. et aussi par des facteurs économiques externes résultant de la participation du pays à l'économie mondiale.

Le sujet dont nous traitons dans cet article est la planification économique, qui est une question très importante pour toute société qui souhaite promouvoir son développement économique et social dans un environnement de grande complexité et de changements souvent chaotiques, comme celui que nous vivons, imposés par des facteurs économiques internes. et aussi par des facteurs économiques externes résultant de la participation du pays à l'économie mondiale.

Anúncio
Anúncio

Mais Conteúdo rRelacionado

Diapositivos para si (20)

Semelhante a Dans la defense de la planification economique rationnelle (20)

Anúncio

Mais de Fernando Alcoforado (20)

Mais recentes (20)

Anúncio

Dans la defense de la planification economique rationnelle

  1. 1. 1 DANS LA DEFENSE DE LA PLANIFICATION ECONOMIQUE RATIONNELLE Fernando Alcoforado* Le produit intérieur brut (PIB) peut être calculé dans la monnaie d'un pays donné à partir de la somme de toutes ses composantes : PIB = C + I + G + X - M. Dans cette formule, C correspond aux dépenses des ménages en biens ménagers (consommation privée), I correspond aux dépenses des sociétés avec investissement, soit en biens d’équipement (formation brute de capital fixe, FBCF), soit en stocks de matières premières et de produits (variation des stocks, OEE), G correspond aux dépenses de l’État (gouvernements fédéraux, état et municipalités) dans les biens de consommation (consommation publique), X correspond aux recettes d’exportation et M aux dépenses d’importation. Ainsi, nous aurons : PIB = C + FBCF + EST + G + X-M. Sur la base de cette formule, la croissance du PIB peut être obtenue en développant la consommation privée (C), en augmentant les investissements dans l’activité productive (I = FBCF + EST) et en augmentant les dépenses de l’État (G). L'augmentation des recettes d'exportation (X) et la réduction des dépenses d'importation (M) contribueraient également à la croissance économique. Pour parvenir à une expansion économique, il est essentiel d’augmenter la consommation des ménages, le taux d’investissement du secteur privé, les dépenses de l’État avec investissements dans les infrastructures économiques et sociales et les recettes d’exportation. Pour augmenter la consommation des ménages (C), il est nécessaire d'augmenter la masse salariale de la population et d'adopter une politique de crédit incitant les consommateurs à acheter. Pour augmenter le niveau des investissements du secteur privé (I), il est nécessaire de réduire le fardeau fiscal, de mettre en œuvre une politique d'incitations fiscales et d'intérêt attrayant Pour augmenter les dépenses de l’Etat (G), il est nécessaire de augmenter le niveau des investissements dans les infrastructures économiques (énergie, transports et communications) et les infrastructures sociales (éducation, santé, logement et assainissement). Il est important d'accroître l'épargne intérieure privée en incitant les ménages et les entreprises à épargner, et d'élargir l'épargne intérieure publique en réduisant les dépenses de l'État, surtout des coûts d'opération pour générer des excédents dans les comptes publics. La croissance économique peut également être obtenue en augmentant le niveau des exportations et en réduisant les importations grâce à la politique consistant à substituer des biens importés avec l´objective d'expansion des activités économiques. Le grand défi auquel les gouvernements sont confrontés à l’ère contemporaine est la nécessité de gérer leurs pays dans un environnement extrêmement complexe et des changements souvent chaotiques imposés par des facteurs économiques internes ainsi que des facteurs économiques externes résultant de la participation du pays à l’économie mondiale. Certains gouvernements planifient leurs économies dont les principes qui guident leurs dirigeants dans le processus de planification et de gestion sont les suivants : 1) ils cherchent à atteindre un état d'équilibre stable, convaincus que cela est possible en adaptant l'organisation aux changements de l'environnement externe ; et 2) ils croient que les décisions prises et les actions ultérieures mèneront aux résultats souhaités basés sur le principe de la relation entre cause et effet. Il y a aussi des gouvernements néolibéraux qui défendent l'État minimum, ne planifient pas leurs économies et estiment qu'il est possible
  2. 2. 2 de les stabiliser avec un minimum d'ingérence en les laissant fonctionner conformément aux forces du marché. La direction des gouvernements qui planifient leur économie considère la gestion comme une activité de rétroaction négative, c’est-à-dire qu’elle établit une stratégie et guide le gouvernement dans la direction souhaitée en corrigeant les écarts entre le plan prévu et les résultats obtenus. À une époque où tout évolue rapidement, on peut dire que les principes qui régissent ce modèle de gestion sont dépassés car il est impossible de parvenir à un état ou à un équilibre stable de l'économie dans un environnement extérieur tel que celui qui est caractérisé par l'instabilité. En outre, les décisions prises par leurs dirigeants à un moment donné peuvent ne pas aboutir au résultat souhaité, car ils seront inexorablement affectés par des mutations pouvant survenir à l'intérieur et à l'extérieur au fil du temps. La situation est encore pire pour la gestion des gouvernements qui ne planifient pas leurs économies car ils sont incapables de parvenir à un état stable ou équilibré de l'économie dans un environnement extérieur tel que celui qui est caractérisé par l'instabilité. Pour que l'action gouvernementale soit efficace, il faudrait que les gouvernements tiennent compte de l'instabilité, de l'incertitude, de ses turbulences et de ses risques. Les gouvernements qui planifient leurs économies seraient plus susceptibles de faire face à cette situation que les gouvernements néolibéraux qui ne planifient pas leurs économies. Dans l'environnement économique contemporain, sont bons exemples de turbulences sur les marchés et d'instabilité la crise économique mondiale de 2008 aux États-Unis, qui a touché tous les pays et toutes les entreprises du monde, et la crise économique de 2014 au Brésil, qui a provoqué la plus grande récession économique de l'histoire du pays. L'un des défauts majeurs du processus de planification de nombreux gouvernements est qu'il minimise les incertitudes, quand on sait que le changement est la seule règle stable du moment présent et que le passé sert de moins en moins de base à la projection de l'avenir. Dans un effort pour surmonter ces crises, les gouvernements adoptent rétroaction négative essayant de garder l'économie nationale fonctionner comme avant, quand le correct serait d'adopter rétroaction positive ce qui impliquerait l’adoption de changements structurels dans l’économie nationale pour faire face au désordre et prévenir son effondrement. Nassim Nicholas Taleb déclare dans son livre A lógica do Cisne Negro (La logique du cygne noir)) que le Black Swan est une «valeur aberrante», car il sort du cadre des statistiques ordinaires, car rien dans le passé ne peut indiquer de manière convaincante sa pertinence et possibilité d'occurrence. Le "cygne noir" a un impact extrême. Il dit : Pensez à l'attaque du 11 septembre 2001 qui était un «cygne noir». Si le risque était raisonnablement envisageable le 10 septembre, il ne se serait pas produit. Pour Taleb, presque tout ce qui est étudié sur la vie sociale est centré sur le «normal», en particulier avec des méthodes de déduction «en forme de cloche» ou gaussiennes qui ne révèlent pratiquement rien car la courbe en forme de cloche ignore les déviations majeures et est incapable de les gérer, mais nous donne néanmoins confiance en la maîtrise de l’incertitude. Taleb suggère de «sortir des sentiers battus» en tenant compte, en plus des événements normaux, de la présence de «cygnes noirs», c’est-à-dire d’événements improbables [TALEB, Nassim Nicholas. A lógica do Cisne Negro (La logique du cygne noir). Rio: Best Business. 2015]. Le capitalisme est un système complexe, dynamique, adaptatif et non linéaire, car il comporte de nombreux éléments ou agents qui interagissent les uns avec les autres,
  3. 3. 3 formant une ou plusieurs structures issues des interactions entre ces agents. Les systèmes complexes sont des systèmes caractérisés par leur dynamisme, dont les caractéristiques fondamentales sont leur dépendance sensible aux conditions initiales : de légères différences au début de tout processus peuvent conduire à des situations complètement opposées dans le temps. Le point de vue de Ervin Laszlo, Ph.D. sur la Sorbonne, présenté dans son ouvrage O Ponto do Caos (Le point du chaos) (São Paulo : Editora Cultrix, 2006), est qu’un système dynamique, qu´il se déroule dans la nature, dans la société ou dans une simulation de ordinateur, est régie par les attracteurs. Les exemples d'attracteurs stables dans le système capitaliste incluent la consommation des ménages, les investissements des entreprises et le commerce extérieur (exportations moins importations) qui contribuent à promouvoir la croissance économique, les revenus et l'emploi. Lorsque la consommation des ménages, les investissements des entreprises et les gains du commerce extérieur diminuent, il devrait y avoir le mécanisme de rétroaction et contrôle par le gouvernement par le biais des dépenses publiques et des politiques monétaires, des mesures d’échange et des mesures fiscales pour compenser le déclin susmentionné et assurer ainsi la stabilité du système économique. C'est le modèle proposé par Lord Keynes qui a formulé le soi-disant modèle keynésien de gestion de l'économie. Comme il s’agit d’un système dynamique, des attracteurs «étranges» ou chaotiques peuvent apparaître cela peut déstabiliser le système, même s'il y a rétroaction ou contrôle par le gouvernement. Ces attracteurs «étranges» peuvent être situés dans le domaine économique du pays, comme une dette publique élevée, un déficit élevé de la balance des paiements, des dépenses publiques élevées, un niveau élevé d'inflation et de récession ou une dépression économique interne, dans le domaine politique du pays, par exemple, l'instabilité du système politique, dans la sphère sociale du pays, comme le chômage de masse, le niveau élevé de criminalité et les bouleversements sociaux, et également dans la sphère extérieure du pays, comme l'éclatement d'une nouvelle crise mondiale comme celle de 1929 et 2008 et un nouveau conflit mondial. Des attracteurs «étranges» ou chaotiques peuvent conduire à la déstabilisation du système capitaliste d'un pays. La théorie du chaos explique le fonctionnement de systèmes complexes et dynamiques. Il vient d'Ervin Laszlo l'affirmation selon laquelle les systèmes entrent dans un état de chaos lorsque les fluctuations qui ont été jusqu'ici corrigés par rétroaction auto- stabilisante négative sortir de contrôle. La trajectoire de développement devient non linéaire : les tendances dominantes s'effondrent et au lieu plusieurs développements complexes apparaissent. Le chaos est rarement une condition prolongée. Dans la plupart des cas, il s’agit simplement d’une époque transitoire entre des États plus stables. Lorsque les fluctuations du système atteignent des niveaux d'irréversibilité, le système atteint un point critique où il s'effondre ou subit une évolution rapide vers un état résistant aux fluctuations qui le déstabilisent (avance révolutionnaire). Si cette voie d'avancement révolutionnaire est choisie, le système évolue dans un état dans lequel il dispose de plus de flexibilité, d'une plus grande complexité structurelle et de niveaux d'organisation supplémentaires. La figure 1 montre ce qui se produit lorsqu'un système dynamique est soumis à des «fluctuations», telles que le système économique d'un pays qui est amené à un point de bifurcation permettant au système d'atteindre une nouvelle stabilité dynamique ou de s'effondrer. Au point de bifurcation, le système doit être restructuré ou il va s'effondrer. Telle est la situation vécue par de nombreux pays dans le monde après la crise qui a éclaté en 2008 aux États-Unis et s'est répandue sur toute la planète et celle qu'a connue le Brésil après la crise économique de 2014 qui a provoqué la plus grande récession économique
  4. 4. 4 de pays et il n'y avait pas de restructuration de leurs systèmes économiques. Cette restructuration nécessiterait l'adoption par chaque pays de mesures qui contribueraient à éliminer les attracteurs «étranges» qui peuvent se situer comme déjà mentionné dans les sphères économiques, politiques et sociales du pays, ainsi que dans la sphère extérieure. Les attracteurs «étranges» ou chaotiques qui conduisent à la déstabilisation du système capitaliste dans chaque pays doivent être éliminés pour qu'il évolue, sinon il s'effondrera. Figure 1 - Systèmes dynamiques * Fernando Alcoforado, 79, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA, membre de l'Académie de l'Education de Bahia, ingénieur et docteur en planification territoriale et développement régional pour l'Université de Barcelone, professeur universitaire et consultant dans les domaines de la planification stratégique, planification d'entreprise, planification régionale et planification énergétique, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018, em co-autoria) et Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019). Etat du système 2 1 3 Les fluctuations (Crise) Stabilité dynamique Nouvelle stabilité dynamique Avancement révolutionnaire Effondrement Le temps Point de bifurcation Début des fluctuations

×