O slideshow foi denunciado.
Utilizamos seu perfil e dados de atividades no LinkedIn para personalizar e exibir anúncios mais relevantes. Altere suas preferências de anúncios quando desejar.

The new retail: apocalypse or new era?

Retail Apocalypse. Voilà comment Business Insider qualifiait il y a quelques semaines la situation actuelle (et future ?) du retail. Et à raison : aux US plus de 8600 magasins physiques doivent fermer en 2019. La France n’est pas épargnée - en témoignent les fermetures de huit enseignes Gap et plus de 30 Conforama cet été, pour n'en citer que quelques unes.

Dans le même temps, les Digitally Native Vertical Brands - ces ovnis du e-commerce devenus leaders aussi inspirants qu’anxiogènes - envahissent les rues. Littéralement : sur les 84 DNVB à fort potentiel identifiées en 2016 par Andy Dunn dans son article phare, 44 comptent désormais au moins un magasin physique. Ici aussi : difficile de se balader dans Paris aujourd’hui sans passer devant une boutique Sezane, Le Slip Français ou Jimmy Fairly.

Pour passer à l'échelle, il semblerait que les DNVB doivent faire tomber le “D”. “Halo effect” disent les Américains pour décrire ce phénomène qui consiste à ouvrir une boutique physique pour considérablement augmenter les ventes online. Mais alors...

Entre apocalypse et terre promise, à quoi ressemble vraiment le retail de demain ?

Quel modèle, quels KPIs et quelles conditions pour émerger ?

Livros relacionados

Gratuito durante 30 dias do Scribd

Ver tudo
  • Seja o primeiro a comentar

×