O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance

Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Carregando em…3
×

Confira estes a seguir

1 de 27 Anúncio

Mais Conteúdo rRelacionado

Diapositivos para si (20)

Semelhante a Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance (20)

Anúncio

Mais recentes (20)

Séance 1 méthodologie - prix du pétrole et croissance

  1. 1. CONFÉRENCE D’ÉCONOMIE APPROFONDIE RAYAN NEZZAR Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1
  2. 2. Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1 3. Brève histoire de la pensée économique 1. Présentation de la conférence 2. Conseils méthodologiques 4. « Prix du pétrole et croissance »
  3. 3. Présentations  Rayan NEZZAR  Ministère des Finances et des Comptes publics Direction du Budget - Bureau « Solidarité et Insertion »  ENA Promotion W. Churchill (2015)  Sciences Po (AP, 2013)  Ecole de droit de la Sorbonne (2013)  Fiches individuelles  Expériences en macro-économie  Projet professionnel  Attentes spécifiques ?
  4. 4. Fonctionnement de la conférence  Objectifs de la conférence  Préparer l’épreuve d’économie aux concours de la FP  Acquérir des outils d’analyse pour le secteur privé  Organisation des séances  Revue de presse avant chaque séance  1 exposé (20%) : cadrage et relecture  1 fiche de lecture (20%) : relecture et partage  2 tests à mi-semestre : QROC (20%) et galop (30%)  Participation, absences et choix des sujets  Travaux supplémentaire sur demande  1 dissertation au format concours  ou 1 étude de cas professionnalisante
  5. 5. Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1 3. Brève histoire de la pensée économique 1. Présentation de la conférence 2. Conseils méthodologiques 4. « Prix du pétrole et croissance »
  6. 6. Méthodologie de la dissertation  L’introduction : là où les ¾ de la note se jouent  Accroche : actualité économique / citation / rapport  Définition précise des termes et polysémies  Analyse des enjeux et problématisation (« Un sujet n’est jamais évident »)  Annonce de plan  Le développement : « le carré magique »  1.A. : Faits stylisés (constats chiffrés)  1.B. : Théories économiques et analyse des mécanismes  2.A. : Réponses de politiques publiques  2.B. : Recommandations  Une conclusion pour la forme
  7. 7. Politiques publiques Education nationale Recherche Infrastructures Transports Energie Développement durable Politique de la ville Logement Défense Intérieur Sécurité sociale Travail Formation professionnelle Action extérieure Agriculture Justice Culture Jeunesse et sports Outre-mer Indicateurs économiques Produit intérieur brut Consommation Investissement Taux de marge Taux d’épargne Solde budgétaire Dépenses publiques / PIB Prélèvements obligatoires / PIB Dette publique / PIB Taux d’activité ou taux de chômage Indice des prix à la consommation Taux d’intérêt Solde de la balance des paiements Coefficient de GINI Coûts salariaux unitaires Production industrielle Climat économique Passer un sujet au crible
  8. 8. L’économie est un circuit dynamique
  9. 9. Exemple : « Comment réindustrialiser la France ? »  Accroche : indice PMI à 51,4 en décembre 2015 (plus haut depuis 1,5 an) : chute cours du Brent mais reprise plus forte chez nos voisins  Désindustrialisation : perte de capacité productive dans le secteur manufacturé  1.A. La baisse, depuis les années 1980, de la part de la valeur ajoutée et des emplois dans le secteur manufacturé par rapport à l’ensemble de l’économie française s’est accélérée depuis 2008  1.B. Cette désindustrialisation produit un effet négatif sur la croissance potentielle, en réduisant les perspectives de gains de productivité, ainsi que sur le solde commercial  2.A. Les politiques défensives (lutte contre les délocalisations) et offensives (politique de l’offre) mis en place en réponse à la désindustrialisation ne sont pas de nature à en inverser la tendance  2.B. Si certaines solutions « traditionnelles » relatives au cours de la monnaie et au niveau des barrières tarifaires sont aujourd’hui avancées, leur pertinence tant économique que politique peut poser question : Des solutions sont sans doute davantage à rechercher dans l’approfondissement de la stratégie actuelle de compétitivité et dans la « colocalisation » des activités industrielles
  10. 10. Méthodologie du QROC  Comme une « mini-dissertation »  Accroche  Problématisation rapide  Annonce de plan  2 parties (format « carré magique »)  Une épreuve de clarté et de rapidité  Utiliser et analyser les mots et concepts clés (à souligner)  Des chiffres et des références (théories, rapports)  Des recommandations sur les questions d’actualité
  11. 11. Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1 3. Brève histoire de la pensée économique 1. Présentation de la conférence 2. Conseils méthodologiques 4. « Prix du pétrole et croissance »
  12. 12. Brève histoire de la pensée économique
  13. 13. Brève histoire de la pensée économique  Les fondements théoriques de l’école classique (XVIIIe – XIXe)  Bernard Mandeville, La fable des abeilles (1705) : les vices privés sont des vertus publiques (utilité sociale de l’égoïsme)  Thomas Malthus (1798) : la population croît de façon géométrique (exponentielle) et les ressources de façon arithmétique (linéaire) => catastrophe démographique  Jean-Baptiste Say (1803) : loi des débouchés (« l’offre crée sa propre demande »)  David Ricardo (1817) : notion d’avantage comparatif en commerce international (spécialisation avec l’ex. du vin et du drap : UK / PT)  Les néo-classiques (fin XIXe)  Léon Walras (1874) : notion d’équilibre général (en concurrence optimale, plein emploi des facteurs de production)  Wilfredo Pareto (1896) : optimum de Pareto (situation d’ensemble dans laquelle un individu ne peut améliorer sa situation sans détériorer celle d’un autre individu)
  14. 14. Brève histoire de la pensée économique  Les principes fondamentaux des classiques et néo-classiques  En matière des biens et services : l’économie est gouvernée par l’offre. Grâce à la main invisible du marché, toute offre excédentaire voit son prix décliner jusqu’à intéresser un acheteur => ajustement par les prix, immédiat et sans limite.  En matière de marché monétaire : la monnaie est un « voile » dans la mesure où toute offre rencontre une demande. Elle n’est qu’un intermédiaire qui n’a pas d’intérêt L’équilibre général de Debreu (1954) en soi. En conséquence, l’Etat n’a aucun rôle à jouer, ni dans le domaine budgétaire, ni dans le domaine monétaire, et devrait se contenter des fonctions régaliennes.  Cette conclusion est identique pour le marché du travail, qui s’équilibre naturellement au plein-emploi. Le chômage ne correspond qu’à un retrait volontaire de l’activité.
  15. 15. Brève histoire de la pensée économique  La révolution keynésienne  Théorie générale, 1936 : Rigidité nominale des prix à court terme (contrats de travail, coûts de menu). L’économie est gouvernée à court terme par la demande et non par l’offre et peut se stabiliser à un niveau de sous-emploi (chômage involontaire). A court terme, les ajustements s’effectuent par les quantités.  En l’absence de mécanisme correcteur automatique, seule l’intervention publique peut réguler l’économie et lutter contre le sous-emploi des facteurs de production. Effet multiplicateur de la dépense publique pour rehausser la demande globale.  Sur le marché monétaire, Keynes formalise la « préférence pour la liquidité » en admettant que la monnaie possède une valeur propre. Comme les ajustements par les prix ne sont pas immédiats, les agents peuvent consommer davantage grâce à cet accroissement de la masse monétaire à disposition.  « Les classiques ont raison, mais seulement à long terme, le temps que les prix s’ajustent »
  16. 16. Brève histoire de la pensée économique  Le retour des nouveaux classiques (années 1970)  Hypothèse centrale : rationalité des agents censés maximiser leur utilité.  Frank Knight (1921) : Concurrence pure et parfaite = information transparente, mobilité des facteurs de production, libre entrée et sortie sur le marché, atomicité et homogénéité des produits.  Robert Lucas (1976) : théorie des anticipations rationnelles. Les agents sont capables de tirer parti de toute l’information disponible pour former leurs anticipations de sorte, en moyenne, qu’ils ne se trompent pas.  Kydland et Prescott (1977) : incohérence temporelle des décisions de politique économique => bannir les politiques discrétionnaires et mettre en place des règles de politique économique (ex. indépendance des banques centrales).  Robert Barro (1974) : équivalence néo-ricardienne : sous certaines conditions, la dépense publique financée par la dette ou la hausse impôts n’a aucun impact sur le revenu et sur la croissance car les agents épargnent en prévision des hausses d’impôts futures et lissent leur consommation dans le temps.
  17. 17. Brève histoire de la pensée économique  La nouvelle économie keynésienne (années 1980)  George Akerlof (« The Market for Lemons », 1970) : asymétrie d’information et sélection adverse sur le marché des voitures d’occasion.  Paul Romer (1986) : théorie de la croissance endogène. Le capital humain désigne l'ensemble des formations, connaissances et bonne santé du travailleur qui le rendent plus productif.  Blanchard et Summers (1986) : phénomène d’hystérèse du chômage qui montre comment des chocs macroéconomiques conjoncturels peuvent avoir des effets de long terme (pertes de capital humain).
  18. 18. Brève histoire de la pensée économique  Conclusion : L’économie est la science de la rareté et de l’interaction entre les agents  Pour les classiques, l’économie est une photographie qui agrège les comportements individuels des agents : les prix s’ajustent immédiatement  Pour les keynésiens, l’économie est une succession d’équilibres : ajustement des quantités à court terme vs. ajustement des prix à long terme
  19. 19. Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1 3. Brève histoire de la pensée économique 1. Présentation de la conférence 2. Conseils méthodologiques 4. « Prix du pétrole et croissance »
  20. 20. Introduction  Accroche  Accord de Vienne et levée des sanctions c/ Iran => saturation du marché ? (28 $/baril de Brent vs. 110 $ début 2011 ~ contre-choc 1985-86).  Définitions  Prix du pétrole : référence au baril de la mer du Nord. Pic en mai 2008 à 147 $.  Croissance : Augmentation sur longue période de la production et des dimensions caractéristiques de l'économie d'un pays, se traduisant par un accroissement des revenus distribuables. Indicateur de mesure = PIB (calculé en prix constants pour éliminer les effets de l'inflation).  Problématisation  Sujet sur les interactions entre prix du pétrole et croissance : Historiquement, pic du pétrole = crise (1973, 79). Mais aussi baromètre de la croissance mondiale (relation linéaire).  Aujourd’hui, quels effets d’une baisse du prix du pétrole ? Quels effets de la croissance atone sur les prix du pétrole ?
  21. 21. 1.A. Les causes de l’actuel contre-choc pétrolier sont essentiellement conjoncturelles  Des causes conjoncturelles : un excès d’offre mondiale  Marché de structure oligopolistique (cartel avec quotas) : stratégies de gains de parts de marchés quitte à baisser ses prix (Arabie Saoudite : ne joue plus son rôle de swing producer), hausse de capacités de P° (USA > ARS en 2015) et nouveaux entrants (Iran).  Demande mondiale reste faible dans un contexte de croissance mondiale atone (+2% dans l’OCDE en glissement annuel au T3 2015)  Note INSEE (février 2015) : « Prix du pétrole et des matières premières importées » : succession de chocs et de contre-chocs depuis 2014. Forte volatilité déjà après la crise financière (-75% entre mi 2008 et début 2009). Favorisée par l’inélasticité à court terme de la demande de pétrole (« bien de Giffen ») même si les stocks amortissent le cycle.  A terme : une remontée des cours vers leur niveau d’équilibre ?  Aujourd’hui, production ~ 90 millions de barils par jour (ARS + RUS + USA = 40%). Réserve prouvées : 1 688 milliards de barils en 2013 contre 910 en 1987. Hydrocarbures non conventionnels (USA) et sables bitumineux (Canada). Agence internationale de l’énergie (AIE) : 100 millions de barils par jour en 2030 (« oil peak »).  Théorie du « pic de Hubbert » (1956) : la production d’une matière première suit une courbe en cloche. Dans la première partie de la courbe, relation positive entre croissance du PIB et cours du pétrole.
  22. 22. 1.B. Ses effets sont ambivalents : désinflationniste à court terme, expansionniste à moyen terme  Un effet de redistribution de revenus des pays exportateurs nets vers les pays importateurs nets  Pour les pays producteurs : leur revenu d’exportation diminue (devises). Risque de stabilité économique et financière : Russie (« maladie hollandaise » : gaz et pétrole = 30% PIB, 1/2 recettes, 2/3 exports), A. Saoudite (solde courant à -1% en 2015 vs. +14% en 2014), Afrique subsaharienne : +4,5% PIB en 2015 vs. +5,5% prévu (NIG, ANG : éco spécialisées dépendantes aux évolutions des prix).  Pour les pays importateurs nets (ex. zone Euro) : choc de demande positif. La baisse de la valeur des importations d’énergie génère un effet positif de revenu :  Hausse du revenu réel des ménages (-250 Md$ de conso ; concerne 5% du panier de biens de conso en FR)  Baisse des prix de vente ou hausse du taux de marge des entreprises hors secteur pétrolier (baisse des consommations intermédiaires donc des coûts de production)  Effet positif sur le solde courant (Inde / Chine : moindre pression inflationniste et budgétaire : baisse subventions publiques) + hausse de la demande externe  Baisse de 10% du prix du pétrole = +0,1 à 0,2 pt de croissance. Effet comparable au CICE (COE-Rexecode). A l’inverse, hausse de 10% = -0,25 pt de croissance au bout de 3 ans (BCE, 2010). Positif également sur l’emploi : -20 $ = +36k emplois sur 2 ans (OFCE, 2015), tous secteurs (notamment chimie et transports hors ferroviaire, puis services).
  23. 23. 1.B. Ses effets sont ambivalents : désinflationniste à court terme, expansionniste à moyen terme  Le mécanisme de transmission d’une baisse du prix du pétrole à l’économie est ambivalent  Effets sur l’inflation ambivalents : négatif à court terme (effets de premier tour), positif à moyen terme car il rehausse la demande et la croissance (effets de second tour également positifs sur les salaires).  Trésor Eco n° 130, « Quelle risque de déflation en zone Euro ? » (2014) : Baisse de 10% du prix du pétrole = -0,1 à -0,3 pt d’inflation la 1ère année => Effet désinflationniste mais pas déflationniste (anticipation générale de baisse future des prix). La politique monétaire ne doit pas en tenir compte dans la fixation des taux d’intérêts.  Un effet positif mais non permanent pour les finances publiques  Baisse des recettes de TICPE mais hausse d’autres recettes fiscales en proportion du PIB (TVA, IS, etc) => Baisse de 40 $ du prix du pétrole ~ +0,2 pt de solde budgétaire en France.  Cette amélioration « one shot » du solde budgétaire peut être affectée à une baisse de fiscalité, une hausse de dépenses ou une réduction de la dette. La croissance potentielle ( = de long terme) n’étant toutefois pas modifiée, les conditions de soutenabilité des finances publiques restent inchangées ( = ce n’est pas une bonne raison de s’endetter).
  24. 24. 2.A. Face au contre-choc pétrolier, les politiques économiques n’ont pas été fondamentalement bouleversées  Des politiques budgétaires contrastées  En France, stratégie de « l’alignement des planètes » : CICE + baisse de l’Euro + baisse du pétrole = choc d’offre + de demande = hausse de la consommation, de l’investissement et de l’emploi (en théorie !).  Chez les pays producteurs : forte contrainte de finances publiques, tolérance au déficit public (-2,9% en Russie en 2015) ou réduction des dépenses publiques (plans de privatisation en Azerbaïdjan). La Norvège puise dans les réserves de son fonds souverain (737 Md€).  Une politique monétaire qui demeure prudente  Dans la zone Euro : pas de sur-réaction de la BCE à l’effet désinflationniste de la baisse des prix du pétrole (prix exclu du calcul de « l’inflation sous- jacente », c’est-à-dire hors volatilité).  Aux USA : maintien d’une hausse prudente des taux d’intérêts directeurs compatible avec le rythme d’activité et de création d’emplois.
  25. 25. 2.B. Tout en prévenant le risque d’un ralentissement de la transition énergétique, la politique économique ne doit toutefois pas sur-réagir  Accélérer le financement de la transition énergétique  Risque environnemental. Note du CAE, « Energie et compétitivité » (2013) : dans un contexte de « déflation énergétique », désincitation aux investissements dans les énergies non fossiles car hausse de la demande d’énergie carbonée. « Pétrole : du carbone pour la croissance », Revue OFCE n° 138, 2015 : contre-choc pétrolier actuel = +1% émissions GES France sur 5 ans.  Dispositifs (not. fiscaux) d’incitation à la sortie progressive des énergies fossiles : annonce crédible d’une trajectoire de renchérissement du carbone (ex. « signal prix » dans le PLF 2016 : 22€ la tonne de carbone, cible à 100€ en 2030) + plan Juncker de financement de projets d’infrastructures et de recherche (cf. Lettre du CEPII, mars 2015, Aglietta : « Financer les investissements pour une croissance soutenable en Europe ») + fin des « niches grises » (5 Md€).  Ne pas sur-réagir dans la conduite de la politique économique  Pas de sur-réaction de la politique budgétaire (plus encouragement à atteindre plus rapidement une cible de déficit à 3% plutôt qu’incitation à l’endettement) ou monétaire (doctrine Bernanke face aux bulles des prix d’actifs, 2002 : cible d’inflation « sous-jacente » : aujourd’hui +0,9%)  Repenser notre approche de la croissance  Relancer la réflexion sur des indicateurs alternatifs au PIB (Rapport Stiglitz, 2009 : « le PIB n’est pas erroné en soi mais utilisé [par les décideurs] de façon erronée »).
  26. 26. Conclusion Le contre-choc pétrolier actuel, dont les causes sont essentiellement conjoncturelles, produit des effets ambivalents sur la croissance : positif à court terme en stimulant la consommation des ménages et l’investissement des entreprises, il ne contribue toutefois qu’à la marge au rehaussement du niveau de croissance potentielle. Surtout, ce contre-choc n’apporte pas de réponse aux faiblesses structurelles d’une économie comme la France mais risque d’y ralentir la réalisation de la transition énergétique.
  27. 27. FIN DE LA SÉANCE Méthodologie – Prix du pétrole et croissanceSéance n° 1

×