O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Présentation de la monnaie locale complémentaire

Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Próximos SlideShares
Commune mesure
Commune mesure
Carregando em…3
×

Confira estes a seguir

1 de 1 Anúncio
Anúncio

Mais Conteúdo rRelacionado

Semelhante a Présentation de la monnaie locale complémentaire (20)

Mais de Ezéchiel Recorbet (20)

Anúncio

Mais recentes (20)

Présentation de la monnaie locale complémentaire

  1. 1. Créons une monnaie locale dans le Puy-de-Dôme ! Les acteurs de la monnaie Une association « mère » a été créée en juin 2013, c’est l’Asso- ciation pour le Développement de Monnaies Locales dans le Puy- de-Dôme (ADML63). Elle réunira l’ensemble des acteurs : les adhé- rents (citoyens/consommateurs), et les prestataires (commerces de proximité, producteurs, pro- fessions libérales, associations, collectivités territoriales…). C’est une association sans but lucratif qui « gouvernera » la future mon- naie. La politi- que de cette as- sociation sera la démocratisa- tion de la par- ticipation et de la prise de dé- cision à l’inté- rieur du mouvement. La Charte de Valeurs Elle est un peu la « raison de vi- vre » de la monnaie locale. En la signant, tous les prestataires qui souhaitent intégrer le réseau s’engagent dans une démarche progressive d’évolution pour at- teindre les critères requis. Ces critères sont ceux de l’économie sociale et solidaire et de la pro- Relocaliser et dynamiser l’acti- vité économique N’étant pas utilisables hors d’un territoire donné, ni pour des usa- ges spéculatifs ou d’épargne, ces monnaies circu- lentplusviteetgé- nèrent un surplus d’activité pour les PME locales. On appelle cela le multiplicateur économique local, qui concoure à lo- caliser et dynamiser les échanges sur le territoire. Le modèle encou- rage également le développement de circuits de distribution courts. Défendre les valeurs de solida- rité, d’entraide et d’équité so- ciale Les monnaies locales sont issues de remises en question de l’usage des monnaies officielles, trop sou- vent déconnectées des besoins des populations et de l’économie réelle, source d’inégalités, de pauvreté et de désastres écologiques au lieu de servir les échanges bénéfiques au bien commun. Notre démar- che vise à en- courager une réflexion sur le rôle de la mon- naie comme simple moyen d’échange, et comme moyen de donner un autre sens au com- merce et à la production, en créant du lien social. Par exemple, sortir de la grande distribution pour retrou- ver les commerçants locaux, c’est retrouver du lien, et c’est soutenir d’autrespratiquessalariales.D’autre part les critères d’entrée dans le ré- seau sont ceux d’une économie so- ciale et solidaire. Ils permettent de créer des liens de confiance et de solidarité entre consommateurs et professionnels autour de valeurs et d’objectifs communs. Opérer une reconversion écolo- gique Premièrement, la localisation des échanges à une micro-échelle, per- met de faire diminuer l’empreinte écologique des échanges. Deuxièmement, par la signature d’une charte de valeurs, tous les prestataires (associations, entre- prises, collectivités...) s’engagent à respecter certains règles: produc- tion de qualité, respectueuse de l’environnement, etc, et s’engagent à continuer de progresser: tri des déchets, approvisionnement local... Des critères de sélection des entre- prisessontégalementappliquésafin d’orienter la consommation vers les filières écologiques, d’orienter les professionnels et d’évincer du cir- cuit les entreprises qui ne respec- tent pas les critères. Réaliser une gouvernance dé- mocratique et citoyenne La construction citoyenne de mon- naies, en France et dans le monde, constitue le début d’une vague sans équivalent dans l’histoire contem- poraine de saisissement participatif desquestionsmonétaires.Beaucoup de modèles de monnaies locales cherchent à ouvrir au maximum les organes de décisions, à chercher le consensus, à former des présiden- ces collégiales ou des assemblées populaires. C’est le seul moyen de créer une monnaie qui réponde réellement aux besoins des popula- tions. Un peu plus qu’une monnaie! Qu’est-ce qu’une monnaie dont la conversion est « bonifiée » ? Afin d’augmenter l’effet multiplicateur local, certaines monnaies locales ont choisi une conversion « bonifiée » qui permet d’obte- nir plus de MLC que d’euros (par exemple 20€euros = 25 MLC). La différence peut être prise en charge par la commission que payent les prestataires qui reconvertissent leurs MLC en euros. Qu’est-ce qu’une monnaie « fondante » ? A Villeneuve-sur-Lot, « l’Abeille » fond ! Autrement dit, elle perd 2% de sa valeur tous les 6 mois. Pour utiliser un billet « périmé » de 5 abeilles, l’utilisateur doit acheter un timbre de 10 centimes à l’association, qu’il colle sur le billet. Au delà du refus symboli- que de l’accumulation capitaliste, cela permet de booster l’activité économique. La monnaie locale comme instrument de redistribution sociale La ville de Toulouse a aussi beaucoup innové en faisant de sa MLC un instrument de redistribution sociale, puisque certains foyers reçoivent des « Sols-Violette » en plus des minimas sociaux. C’est un moyen intéressant d’orienter les futures consommations, et de faire en sorte que le « manger sain » ne soit pas réservé aux riches. «On ne veut pas faire un truc pour jouer à la dinette entre bobos!» nous dit Serge, qui promeut l’Epi au Havre. tection de l’environnement : pro- duction locale et de qualité, ap- provisionnement local, tri des déchets, embauche des person- nes marginalisées sur le marché du travail, pratiques sociales et démocratiques, etc. La monnaie et sa converti- bilité Elle se matérialise sous forme de coupures infalsifiables (billets papier) ou sous forme de carte électronique, sur le territoire déli- mité. Pour se pro- curer cette mon- naie, l’adhérent échange auprès d’un des presta- taires ses euros contre des mon- naies locales complémentaires (MLC), sur la base : 1 euro = 1 MLC. Cette convertibilité a été choisie pour faciliter les calculs et la comptabilité des prestataires. Il est possible pour les prestatai- res de demander la reconversion de leurs MLC en euros, moyen- nant le paiement d’une commis- sion(de2à5%),puisquel’idéalest qu’il n’y aucune reconversion. Le fonds de réserve Les euros convertis en MLC sont conservés dans une banque choi- siepourêtreauservicedel’écono- mie sociale et solidaire (ex : Cré- dit Coopératif…), et constituent le fonds de réserve. Ce fonds per- met de générer de la confiance parmi les prestataires puisqu’il garantie la valeur de la MLC. Le fonds de réserve peut égale- ment être utilisé pour financer des projets locaux qui respectent la charte de valeurs qu’ont ac- ceptée les prestataires. L’effet multiplicateur Tout est fait pour que la monnaie soit sans cesse réinjectée dans le circuit économique. Par exemple : après service rendu, votre coif- feur encaisse vos MLC. Il peut les dépenser en tant que particulier chez un autre prestataire, rendre la monnaie avec, payer une par- tie du salaire de ses employés, ou payer ses fournisseurs. Dans tous ces cas, le multiplicateur écono- mique local est activé, autrement dit les échanges locaux sont for- tement dynamisés. Par ailleurs, notre coiffeur aura tout intérêt à se tourner vers des fournisseurs locaux pour pouvoir utiliser la MLC, permettant une relocalisa- tion sur le territoire. « Je suis partie d’une question simple: où vont les euros que je dépense ? » Françoise, qui utilise l’Abeille à Ville- neuve-sur-Lot Une monnaie porteuse de valeurs Si l’euro n’énonce pas ses valeurs, nous, nous les crions haut et fort ! « L’économie doit rester à la pla- ce qui lui revient : celle d’un en- semble d’outils et de moyens mis au service des humains dans une relation respectueuse des équili- bres naturels. » Manifeste pour les monnaies locales complémentaires rejoignez-nous! bulletin d’adhésion à télécharger (rubrique «qui sommes-nous?»): www.ADML63.org contact@ADML63.org facebook.com/PourUneMonnaieLocalePuydomoise « Rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue. Victor Hugo » « Je sais OÙ j’achète : dans les commerces de proxi- mité, en cherchant à développer l’économie locale. Je sais POURQUOI j’achète : dans des enseignes à va- leurs ajoutées écologiques, pour un autre développe- ment fondé sur l’échange et non la compétition. Je sais COMMENT j’achète : avec une monnaie qui res- te dans l’économie réelle, une monnaie citoyenne. Un utilisateur de la Muse, à Angers » Comment ça marche?

×