O slideshow foi denunciado.
Utilizamos seu perfil e dados de atividades no LinkedIn para personalizar e exibir anúncios mais relevantes. Altere suas preferências de anúncios quando desejar.

René Girard

René Girard évoque le mimétisme et le bouc émissaire
Un numéro de la collection Clin d'oeil https://energetic.fr/clin-doeil/

  • Seja o primeiro a comentar

  • Seja a primeira pessoa a gostar disto

René Girard

  1. 1. Clin d’œil sur René Girard (1923-2015) vue par alain.ducass@energeTIC.fr Chercheur français enseignant à l’université de Stanford, il effectua une lecture anthropologique de la Bible, de la tradition prophétique juive et de la littérature et il en tira cinq grandes leçons : La collection « Clin d’œil » https://energetic.fr/clin-doeil/ aperçus et imagés par des auteurs ordinaires et mis gratuitement à disposition de tous Sources des images de la page : Babelio 1. Le désir mimétique est à l’origine de toute organisation sociale ; 2. L’exclusion du « bouc émissaire » est la réponse la plus habituelle à la violence mimétique ; 3. Le rite religieux est le fondement de la culture 4. Le christianisme apporte une réponse nouvelle
  2. 2. Désir et désir mimétique vu par alain.ducass@energeTIC.fr Professeur de littérature françaises aux Etats Unis, René Girard décèle la présence du désir mimétique dans tous les textes significatifs. En 1961, il publie Mensonge romantique et vérité romanesque, où il distingue deux formes de désir : Le désir simple ou linéaire est celui d’un sujet désirant satisfaire un besoin essentiel grâce à un objet, par exemple un homme affamé face à un met appétissant. Mais pour Girard, Croire à l’autonomie de notre désir c’est l’illusion romantique qui est à la base de la plus large littérature. Le désir mimétique ou ternaire est celui d’un sujet, d’un modèle et d’un objet : • Le rapport n’est pas direct entre le sujet et l’objet : il y a toujours un triangle • Loin d’être autonome (c’est l’illusion romantique), notre désir est toujours suscité par le désir qu'un autre, le modèle, a d'un objet quelconque. • Ses besoins essentiels étant assurés, l’homme désire son accomplissement, mais il ne sait pas comment car c'est l'être qu’il désire, un être dont il se sent privé et dont quelqu'un d'autre lui paraît pourvu ; • Si quelqu’un lui semble plus accompli et heureux que lui, il désire ce que celui-ci désire. Sources des images de la page : Babelio
  3. 3. Rivalité mimétique et bouc émissaire vu par alain.ducass@energeTIC.fr Si le désir mimétique, provient d’un modèle supérieur, on cherche à l’imiter pour lui ressembler un jour Si le désir mimétique, provient d’un modèle plus ou moins égal à moi, dans ce cas, on peut se battre pour posséder l’objet convoité par les deux Chez les animaux, il en résulte un combat où le plus fort l’emporte et l’autre se soumet Chez les humains, il peut y avoir coexistence d’égaux et de rivaux et le conflit d’objet initial peut se transformer en conflit d’identité marqué par la haine, la rancune, la jalousie et l’envie Le conflit peut aussi prendre un caractère social, où chacun va chercher des alliés et des armes. Un autre exutoire possible consiste à détourner la violence vers un autre qui n'a aucun titre particulier à s'attirer les foudres du violent, sinon qu‘il est plus vulnérable et qu‘il passe à sa portée. Tel est le rôle de la victime émissaire, largement décrit par René Girard à partir de la littérature. Sources des images de la page : http://www.que-nature-vive.com/
  4. 4. La violence et le sacré vu par alain.ducass@energeTIC.fr Il est plus difficile d'apaiser le désir de violence que de le déclencher, surtout dans la vie en société. Le désir mimétique, source de rivalité et d’apprentissage est également source de violence pour le groupe Le groupe doit trouver un moyen de le réguler. Dans « La violence et le sacré », parue en 1972, René Girard étudie le lien entre le bouc émissaire et le sacrifice et découvre que le mécanisme de la victime émissaire est à l'origine des mythes et des rituels. Les sacrifices sanglants sont des efforts pour refouler et modérer les conflits internes des communautés archaïques en reproduisant aussi exactement que possible, aux dépens des victimes substituées à la victime originelle, des violences réelles qui, dans un passé non déterminable mais pas mythique du tout, avaient réellement réconcilié ces communautés, grâce à leur unanimité Son livre est assez mal reçu car il remet en cause des thèses de Freud et Levy Strauss • en proposant le désir mimétique plutôt que l’instinct de mort ; • en insistant sur le rôle du religieux dans les société : Le religieux dit vraiment aux hommes ce qu'il faut faire et ne pas faire pour éviter le retour de la violence destructrice. Sources des images de la page : Babelio
  5. 5. Recherches avec Jean-Michel Oughoulian et Guy Lefort vues par alain.ducass@energeTIC.fr Entre 1971 et 1978, René Girard approfondit sa recherche sur le processus d'hominisation avec deux psychiatres français en postulant avec Aristote que L'homme diffère des autres animaux en ce qu'il est le plus apte à l'imitation." (Aristote, Poétique, 4) Jean-Michel Oughourlian, neuropsychiatre et psychologue : Le désir est notre bien le plus précieux. En psychologie, il équivaut à ce qu’est le mouvement pour le corps : sans désirs, nous sommes inanimés, mentalement inertes. Entre désir et mimétisme, le lien est très étroit. Le désir est d’abord mimétique et il entraîne souvent la rivalité. La découverte des neurones miroirs a corroboré sa théorie de façon spectaculaire. Sources des images de la page : https://jack35.wordpress.com/2017/09/11 /le-desir-mimetique-notre-atout/ http://sitn.hms.harvard.edu/flash/2016/mi rror-neurons-quarter-century-new-light- new-cracks/
  6. 6. Ces choses cachées depuis la fin du monde vu par alain.ducass@energeTIC.fr En 1978, René Girard publie Des choses cachées depuis la fondation du monde, où il aborde les textes sacrés du christianisme et de la Bible. Le parallèle avec les récits mythiques lui semble parfait sauf sur un point : • Les récits mythiques sont construits sur le mensonge de la culpabilité de la victime, vue sous la perspective des lyncheurs unanimes ; • La « bonne nouvelle » évangélique affirme au contraire l'innocence de la victime, détruisant ainsi l'ordre sacrificiel sur lequel repose l'équilibre des sociétés. En fait, • La Bible débute par le désir mimétique d’Adam et Eve par rapport au serpent, puis elle évoque des victimes innocentes comme Abel, Joseph, Job, Suzanne. • Les Évangiles se présentent apparemment comme n’importe quel récit mythique, avec une victime-dieu lynchée par une foule unanime, événement remémoré ensuite par les sectateurs de ce culte par le sacrifice rituel – symbolique celui-là – eucharistique.
  7. 7. Pour en savoir plus version écrite par alain.ducass@energeTIC.fr René Girard est un auteur reconnu aux Etats-Unis et en France, où il a été élu à l’académie française. Après lui, Vittorio Gallese, découvreur des neurones miroirs, a affirmé que l'anthropologie de Girard constituait un cadre de départ idéal pour favoriser une approche interdisciplinaire de l'étude de l'intersubjectivité humaine. A l‘inverse, il subit des critiques dont celles de : • René Pommier : René Girard : un allumé qui se prend pour un phare (Kimé, 2010) ; • Alain de Benoist estime qu’il convient de distinguer l’envie et le désir qui n’est pas toujours d’origine mimétique La collection « Clin d’œil » https://energetic.fr/clin-doeil/ Un regard sur le monde Source de l’mage : http://news.stanford.edu/2015/11/04 /rene-girard-obit-110415/

×