O slideshow foi denunciado.
Seu SlideShare está sendo baixado. ×

Ehpad et Maladie de Parkinson

Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Anúncio
Carregando em…3
×

Confira estes a seguir

1 de 21 Anúncio
Anúncio

Mais Conteúdo rRelacionado

Diapositivos para si (20)

Semelhante a Ehpad et Maladie de Parkinson (20)

Anúncio

Mais recentes (20)

Ehpad et Maladie de Parkinson

  1. 1. DR C GENY COOR DON NA TE U R CENTR E EXPER T PAR KINSO N M ONTPEL LI ER (CEPM O) Parkinson et EHPAD
  2. 2. Actualités maladie de Parkinson
  3. 3. Rappels sur la Maladie de Parkinson  2 ème maladie dégénérative (150 000 patients)  Cause encore inconnue: (environnement/ Génétique)  Une maladie de la soixantaine  Des traitements efficaces qui améliorent les patients et prolongent la durée de vie  Plan national d’action Parkinson: améliorer la prise en charge
  4. 4. Une maladie non exclusivement motrice  Des signes moteurs classiques liés à une déficience en dopamine:  Tremblement,rigidité,lenteur, troublesde la marche  Des signes moteurs induits par le traitement  Dyskinésies, contractures, dystonies,  troublesdu comportement  Des signes moteurs peu sensibles au traitement  Troublesde la parole,posturaux, freezing  Des signes non moteurs  Angoisse, dépression,  démence  tr du sommeil, constipation  Principes du traitement  Adapter les médicaments aux symptômes  Surveiller les effets indésirables  Favoriser les activités motrices et la communication  Traiter les comorbidités
  5. 5. C.Geny Signes non moteurs: Troubles du sommeil  Agitation nocturne;Troubles du comportement en sommeil paradoxal  Attaques de sommeil: rôle des médicaments anti- parkinsoniens?  Insomnie: syndrome des jambes sans repos?  Somnolence: syndrome d’apnée du sommeil?
  6. 6. Signes non moteurs: les hallucinations  Sentiment de présence  Hallucinations visuelles  Souvent associées à des troubles cognitifs  Parfois liées à des problèmes ophtalmologiques  Peuvent être réduites après diminution des médicaments
  7. 7. A base de L-DOPA Autres traitements  Bensérazide, lévodopa (Modopar®)  Carbidopa, lévodopa (Sinemet ®)  Carbidopa, lévodopa , entacapone (Stalevo ®)  Piribédil (Trivastal ®)  ropinirole (Requip ®)  bromocriptine (Parlodel ® )  Pramipexole (Sifrol ®)  Rotigotine (Neupro®)  Apomorphine (Apokinon ®)  Rasagiline (Azilect ®)  Sélégiline (Deprenyl®) Les principaux traitements médicamenteux
  8. 8. C.Geny Complications et limites de la L-DOPA: Les dyskinésies et les fluctuations motrices dyskinésies Bien etre blocage Bien etre blocage Taux L DOPA 30 mn 1h30 2h30 Il est nécessaire de repérer les périodes de la journée où le patient a des mouvements désordonnés ou au contraire est bloqué, pour adapter la dose et l’heure de la prise Le bon respect des heures des prises médicamenteuses est essentiel Rôle du soignant +++ dans le recueil des informations et dans l’observance
  9. 9. Complication des Agonistes: les troubles du contrôle des pulsions
  10. 10. Prise en charge spécifique Troubles moteurs Troubles du sommeil dysautonomie Troubles cognitifs Hallucinations L DOPA rivastigmine Amélioration vision Rivastigmine L DOPA NeuroleptiquesCI sauf (clozapine) Clonazepam midodrine
  11. 11. Spécificités du PK en EHPAD
  12. 12. Le Parkinson du sujet âgé une maladie sous diagnostiquée o Evaluation systématique en Gironde: dans 42% des cas, le diagnostic n’avait pas eté porté (1) o Enquete téléphoniqueen Espagne dans une population générale: dans 50% des cas le diagnostic de maladie de parkinson n’était pas connu avant le screening téléphonique (2) o 7,7% des patientsen institution ont une maladie de Parkinson(3) o Aux USA, seulement10% des parkinsoniens sont suivis par un spécialiste (4) o Le suivi par un neurologuediminue le nombre des hospitalisations(5)
  13. 13. Nutrition et Parkinson  Perte de poids  Nombreuses causes  Conséquences:  carence en vitamine D,→ prescription systématique  Carence protéique → sarcopénie →chutes,  augmentationde la mortalité  Il faut appliquer les recommandations!( HAS: nutrition du sujet âgé)  outil de dépistage et de correction de la dénutrition: MOBIQUAL
  14. 14. Liés aux contraintes de l’environnement Liés aux caractéristiques du patient  Le manque de procédures  Le sous-diagnostic  Le manque de formation des équipes  Les contraintes du personnel  L’incertitude et le pessimisme thérapeutique  Lenteur idéomotrice  Plainte limitée en consultation  Fréquence des pathologies associées  Importance de la symptomatologie axiale et apathique  Traitement parfois compliqué Facteurs limitants la prise en charge du Pk en institution
  15. 15. Les principaux acteurs de la prise en charge •Parfoisexigeante et en souffrance •Partenaire des activitésphysiques régulières •Parfoismal informée •Remotive le patient •Garant de la bonne observance •Signale les effetsindésirables •agit sur les troubles du comportement •Prévient la perte d’autonomie •Soigne les pathologie associées •Manipule la L-DOPA •Evalue les symptomes non moteurs Neurologue Médecin coordonnateur FamilleSoignants Kinésithérapeute Ergothérapeute Orthophoniste Médecin traitant psychologue
  16. 16. Objectifs d’une prise en charge PK SA  Préciser aux soignants et à la famille la part respective de la dépression, de l’apathie et de la démence  Plaidoyer pour l’activité locomotrice  Eviter la double peine: fracture, douleur, constipation  Gestion optimisée des psychotropes  Déterminer la DOPA sensibilité des symptômes moteurs →amélioration de la qualité de vie
  17. 17. Parkinson au stade grabataire  Troubles de déglutition: PEC orthophonique et diététicienne, perfusion sous-cutanée, gastrostomie (discussion éthique….)  Rétractions  Douleur à la mobilisation  Apathie et difficulté de communication  Sous traitement dopaminergique→ souffrance++ l
  18. 18. Parkinson et fin de vie  Conserver la relation avec le neurologue traitant, le conjoint et le patient  Epuisement important de l’aidant avec isolement social  Accompagnement de l’aidant après le décès du patient
  19. 19. Conclusions
  20. 20. Comment assurer/ améliorer le suivi  Augmentation des moyens spécifiques  Consultation neurologique  Formation adaptée aux soignants  Support vidéo  Suivi organisé  Parcours de soins parkinson  Activités physiques adaptées
  21. 21. Les dix commandements du soignant en institution pour le PK  A heure fixe, les médicamentstu donneras  Pour faire marcher le patient, jamais sur les bras tu ne tireras  Hallucinationstu dépisteras, neuroleptiquetu éviteras  Dépression tu n'oublieraspas  Kinésithérapietu insisteras  Aide pour la marche tu rechercheras  Sommeil tu amélioreras  Temps pour discuter et manger tu lui accorderas  Toute plainte douloureuse,médicament nécessitera  Faciès impassible ta relationde soins ne limitera pas C.Geny

×